Le nouveau Château Lynch-Bages, récemment inauguré, poursuit sa coopération artistique débutée en 1989 avec la galerie newyorko-parisienne Lelong. C’est au tour de Jan Voss d’éclairer le Grand Cru Classé 1855 de Pauillac, et ce jusqu’au 30 octobre.

Natif de Hambourg, le jeune homme Jan Voss fait son Grand Meaulnes dans les années 1950 en fuyant le domicile familial pour découvrir un ailleurs. Ce sera la Turquie en auto-stop jusqu’à ce que son père lui envoie un billet de train retour. Il revient avec sous le bras des dessins qui lui permettent d’entrer à l’Académie des beaux-arts de Munich. Sa deuxième « évasion » sera la France et la figuration narrative, un mouvement qui s’oppose au pop art américain pas assez engagé aux yeux des adeptes de cette école artistique. Le peintre – également graveur – s’éloignera progressivement de ce mouvement et imprime son style où ses œuvres racontent des histoires. Avec une obsession : la ligne et son mouvement perpétuel. « Les lignes sont les mouvements d’un tableau, son activité, explique-t-il. L’activité d’un tableau est souvent extrêmement déconcertante, on voudrait bien comprendre où elle veut en venir avec tous ses parcours, ses sauts et arrêts subits. Mais quand parfois les lignes, en perte de vitesse, languissent, il faut les secouer sérieusement pour qu’elles ne s’endorment pas. Surtout ne jamais concéder de repos à une seule ligne ! ». Faussement désinvolte, produit d’un recyclage de tout ce qui lui tombe sous la main (planches, cartons, chiffons…), son art est lumineux, cohérent et dense. Une quinzaine d’œuvres exposées dans le cuvier historique de la propriété attendent l’amateur d’art et de vin.

Visite sur rendez-vous.