Georges Truc est, sans conteste, LA référence des vignobles de la Vallée du Rhône en matière de géologie. A Visan (Vaucluse), ce géologue ancien enseignant chercheur universitaire à la Faculté des Sciences de Lyon, est un expert en la matière (solide). Homme de terrain, passionnant et passionné, historien à ses heures, fin dégustateur, il décrypte les sols, leurs interactions avec les cépages. A son écoute, la terre révèle ses mystères, les dégustations deviennent limpides. S’il a contribué à plusieurs ouvrages sur l’appellation castelpapale, l’opus « Châteauneuf-du-Pape – Histoire géologique & naissance des terroirs » est son œuvre majeure qui fera date. Les amateurs éclairés découvriront l’appellation sous des facettes insoupçonnées. Entretien.

Comment est née l’idée de cet ouvrage ?

C’est une double promesse faite à Michel Blanc (Directeur de la Fédération des producteurs, NDLR), depuis plusieurs années. C’est la matérialisation de tout le plaisir éprouvé en parcourant Châteauneuf, en dégustant les vins, en rencontrant les vignerons. De plus, cela n’avait jamais été fait sur l’angle de la géologie. L’ODG a approuvé la réalisation, il en est l’éditeur.

Comment s’articule t’il ?

En huit chapitres, comme une pièce de théâtre avec un dénouement. Le premier est une histoire géologique régionale, pour vérifier l’environnement, éclairer des choses qui ne se voient pas ; par exemple le sel du trias, en profondeur, à l’origine de l’étang salé. Le deuxième est consacré à la naissance et la révélation des terroirs. Le troisième aux  curiosités géologiques, tels les «rountaus», l’étang de la folie, les galets géants. Le plus gros pèse 502 kg est se trouve à la Gardine. Ou encore les «aratroglyphes», les traces laissées par les charrues sur les galets siliceux. Le quatrième chapitre est consacré à l’utilisation des matériaux, de la préhistoire à la période contemporaine, disponibles à la construction pour les vignerons. Je prends pour exemple, ce site du néolithique avec un plancher de galets. Puis vient une présentation de la flore locale et la parole de 21 vignerons qui expriment leur ressenti sur le terroir et la manière de l’exprimer. Enfin, l’empreinte du sous-sol au cœur de la structure des vins, révélée par la dégustation géosensorielle.

La Crau (terrasse villafranchienne)

Un sujet qui vous tient à coeur !

L’exercice se déroule sur un cépage unique, le grenache, le plus révélateur de ce lien au terroir. Il s’agit de relier le toucher de bouche, la granularité des tanins, le toucher tactile des matériaux qui constituent le terrain. Le sable avec ses petits grains révèle l’élégance, la finesse, les galets roulés montrent le poli, la caresse du velours…

Parution le 1er avril, à l’occasion des Printemps de Châteauneuf-du-Pape
www.lesprintempsdechateauneufdupape.fr
Prix 30 €
En vente à : Vinadea, la vinothèque et dans les caveaux des vignerons