Véritable icône des grands crus classés bordelais avec ses tours se reflétant dans le lac miroir, le Château Pichon Baron entre dans une importante phase de travaux. Corinne Ilic, directrice de la communication et du marketing digital d’AXA Millésimes, nous délivre le prochain visage du Grand Cru Classé 1855 de Pauillac.

Des bruits courent sur de prochains travaux au Château Pichon Baron, qu’en est-il ?
Je confirme, nous devrions commencer les travaux le mois prochain, si tout se passe bien car on ne sait jamais exactement à 100% quand ça commence – imaginons qu’il y ait un nouveau confinement – mais normalement c’est début mars.

Quelles sont les raisons de ces travaux ?
Nous souhaitons réaliser une très belle mise à jour de Pichon Baron. Je dis “très belle” car nous avons toujours eu de beaux bâtiments pour recevoir et élaborer de grands vins. Mais nous décidons de nous mettre à jour en refaisant le cuvier. Nous restons sur l’inox, le bois et le béton mais avec des contenants plus petits. On se penche aussi sur le réceptif avec un surélevèment des bâtiments existants qui sont sur la gauche lorsque l’on regarde le château. Il est notamment prévu une nouvelle salle de dégustation avec une vue sur nos vignes. Précédemment, la salle était semi-enterrée. Bien sûr, nous ne touchons pas au château.

La crise sanitaire a-t-elle accéléré les choses ?
Non pas du tout, nous pensons à ces travaux depuis près de deux ans. Les travaux étaient planifiés avant la première crise. Ce sont des projets à long terme et, concernant le cuvier, nous nous appuyons sur l’expertise de Jean-René Matignon, notre directeur technique. Ce nouveau bâtiment sera là pour les trente prochaines années, au moins…

Qui est l’architecte ?
Nous ne communiquons pas encore son nom. Nous restons secrets car nous préférons présenter le projet une fois fini.

À quelle date est prévue la livraison ?
Le bâtiment du réceptif devrait être opérationnel l’an prochain et le cuvier dans deux ans.

Pichon Baron a depuis longtemps la vocation d’ouvrir ses portes, y aura-t-il un service minimum durant les travaux ?
Oui, bien sûr, nous serons toujours là pour accueillir les professionnels et les particuliers. Nous avons une très belle salle de dégustation dans le château. Nous le ferons dans les meilleures conditions possibles. Nous ne recevrons pas autant de monde qu’auparavant [ndlr : 10 000 visiteurs par an] mais nous allons faire au mieux.