Château Pomys, Saint-Estèphe.
Château Pomys, Saint-Estèphe.

L’actualité concomitante de ces derniers jours, à quelques jours de l’ouverture des dégustations primeurs à Bordeaux, où le monde international du vin sera présent, sera à coup sûr une source de discussions entre les différents acteurs du monde du vin. Il est vrai que depuis quelque temps, le foncier viticole, tant à Bordeaux que dans les autres régions, est source d’interrogations, d’inquiétudes et parfois de grandes manœuvres.

Le Château Pomys, propriété de la famille Arnaud depuis 1991 vient d’être acquis par la famille Reybier, propriétaire du second cru classé de Saint-Estèphe, Château Cos d’Estournel. « S’inscrivant dans une vision patrimoniale de Cos d’Estournel, l’acquisition est une référence à l’histoire de la propriété », a-t-on appris dans un courriel envoyé par l’acquéreur.

Il est vrai qu’au XVIIIe, lorsque Louis Gaspard d’Estournel hérite du domaine, le dandy mondain réside à Pomys alors que Cos est destiné à la production viticole. Très vite, de voyage en voyage, le « maharadja des vignes » comme on le surnomma plus tard, fera de Cos d’Estournel une folie à l’orientale qui prendra bien vite le dessus sur son ancienne résidence tout en accédant au classement de second cru classé du Médoc en 1855.

Depuis 2010, Alban Morardet gère à Pomys un hôtel de 10 chambres ainsi qu’un restaurant dont on ne sait aujourd’hui s’ils seront conservés malgré le fait que Michel Reybier, homme d’affaires français, ancien propriétaire du groupe Reybier (Jambon d’Aoste, Justin Bridou et Cochonou), possède également des hôtels en France et en Suisse. La volonté familiale semble tendre vers une conservation de l’entité Pomys même si l’on préjuge que les meilleures parcelles seront intégrées au grand vin de Cos d’Estournel.

Haut-Batailley dans le giron de la famille Cazes ?

Autre actualité dans le vignoble, mais pas encore confirmée par aucune des parties, la vente probable de Château Haut-Batailley à la famille Cazes. Appartenant à Madame Françoise des Brest-Borie, 88 ans, le Château Haut-Batailley est un cinquième cru classé géré en fermage par François-Xavier Borie, propriétaire de Grand-Puy-Lacoste, autre cru classé du Médoc. Il semblerait que la propriétaire souhaite vendre malgré les volontés de Monsieur Borie de conserver le système actuel. S’étendant sur 22 hectares de belles croupes, le domaine est voisin du Château Lynch-Bages, le porte-étendard de la famille Cazes, qui rénove actuellement ses chais et construit un outil plus adapté à son développement. Rien de plus naturel à ce que la transaction se déroule entre ces deux familles « historiques » du Médoc, malgré les velléités affichées, mais apparemment déçues, de nombreux crus classés.

Question en suspens ? Haut-Batailley (photo ci-dessous) restera-t-il une entité séparée ou entrera-t-il dans la production de Lynch-Bages. De probables éléments de réponse lorsque la transaction sera confirmée, à priori dans quelques jours.