(photo Guy Chaneau)
(photo Guy Chaneau)

La réponse de la co-propriétaire du château Mauvesin Barton (Moulis), et des 2e et 3e crus classés Léoville Barton et Langoa Barton (Saint-Julien) est sans appel, dictée notamment par le gel qui a anéanti la quasi-totalité de la production de Mauvesin Barton : ce 2017 sera celui de Saint-Julien.

“A Mauvesin Barton, nous avons été 100% gelés. On a sorti un tout petit peu de Mauvesin Barton 2017, qui n’ira pas sur la Place de Bordeaux, mais à deux négociants pour des marchés très particuliers, en attendant, on l’espère, un très bon millésime 2018. A Langoa et Léoville en revanche, nous n’avons eu aucun problème de gel. Ce 2017 est clairement un millésime Saint-Julien, aussi réussi sur l’une et l’autre des deux propriétés, mais peut-être dans des styles un peu différents par rapport aux autres années, avec des proportions dans les assemblages qui changent. Si les deux vins sont à dominante cabernet sauvignon, dans Léoville Barton 2017, on a plus de cabernet sauvignon que d’habitude et pas de cabernet franc, alors que dans Langoa Barton 2017, qui est situé au sud de la commune, on a gardé un peu plus de merlot et on a mis les cabernets francs. Ce qui est sûr, c’est que dans les deux cas, il y a une certaine puissance, de la fraîcheur, et un équilibre rendant les vins déjà assez abordables.”