Tout au long de la période des Primeurs et en avant-première du n°71 de Terre de Vins qui sortira en kiosques le 19 mai prochain, des figures du vignoble bordelais nous font partager leur regard sur le millésime 2020 et la campagne qui s’annonce.

Aujourd’hui : Véronique Dausse, Château Phélan Ségur, Saint-Estèphe.
Premier millésime intégrant les quatre cépages, merlot, cabernet sauvignon, cabernet franc et petit verdot, ce 2020 est-il le plus abouti jamais créé par Phélan Ségur ?
« Oui, c’est l’un des millésimes les plus aboutis qu’on ait jamais faits, et j’espère que l’aboutissement continuera. Ce 2020 est assez fascinant. Il est dans la même veine que les 2016 pour le côté harmonieux et complet, mais avec plus de fraîcheur et d’énergie. C’est un vin vibrant, avec une structure qui disparaît, tout en longueur… Même s’il amène de la complexité et un autre relief à nos vins, ce n’est pas seulement l’adjonction du petit verdot qui fait l’aboutissement de ce millésime. C’est multifactoriel, la récompense d’efforts à la vigne comme au chai, de choix structurels et d’une somme de petits détails. Au vignoble, on travaille en intra-parcellaire, et on prend plus le temps d’observer. On ne fait plus les choses de façon systématique. On est plus vigilants sur l’équilibre de la plante et la préservation environnementale. Au chai, l’enjeu est de travailler avec le plus de précision à tous les niveaux. Par exemple, cette année, il fallait faire des extractions douces, des macérations millimétrées, gérer les équilibres sur les bois… Pour encore accentuer cette quête qualitative, nous avons un grand projet de rénovation du cuvier et chai. »

Terre de Vins n°71, spécial Primeurs 2020 à Bordeaux, en kiosques le 19 mai.