Mathieu Mariotti Clos de Caille ©F. Hermine
Mathieu Mariotti Clos de Caille ©F. Hermine

Le tout nouveau Clos de Caille à Entrecasteaux, au coeur de la Provence verte, vient de sortir son premier millésime 2021 en blanc et rosés, les deux rouges étant encore en cours d’élevage.

La propriété entre Lorgues et Saint-Antonin-du-Var a été achetée en 1992 par Jean-Pierre et Simona Mariotti. Avec son mas provençal et ses 7 hectares ceints de murs en pierre sèche, elle devient vite le lieu de villégiature estivale de la famille. Le domaine comprend également 2 hectares de vignoble qui ont été entièrement restructurés puis étendus, les restanques ont été restaurées mais point de cave ; les raisins sont vendus pendant 20 ans en négoce à des maisons telles que Minuty, Esclans, les Caves de l’Amiral… L’activité principale de la famille reste d’ailleurs centrée sur l’immobilier à Monaco. La nouvelle génération, Jean-Marie et Mathieu, décident de faire évoluer le projet familial vers un domaine en propre qui prend naturellement le nom du lieu-dit; ce sera le Clos de Caille. « Mes parents avaient déjà engagé des travaux titanesques dans les années 90 et beaucoup agrandi la propriété avec des rachats et des replantations mais l’étape décisive a été de se lancer dans la construction d’un chai de vinification et dans la conversion bio » précise Mathieu qui avoue s’être intéressé au vin en se penchant sur le process du bâtiment. La direction artistique a été confiée au célèbre architecte Rudy Ricciotti qui l’a pensé comme un théâtre avec des rideaux en béton plissé et des piliers torsadés rappelant les ceps de vigne. L’auteur du Mucem à Marseille a déjà œuvré dans des domaines viticoles comme le Mas de L’Oncle en Pic Saint-Loup ou le Centre œnologique du château-abbaye de Cassan (34)  Le chantier a nécessité le déménagement de 35 000 m2 de terre pour faire émerger un chai semi-enterré dans la colline puis revégétalisé en terrasse afin d’y replanter vignes et garrigue.

Le Clos affiche désormais une trentaine d’hectares produisant environ 100 000 bouteilles en AOP Côtes-de-Provence, à 90 % rosés comme la moyenne provençale, complétés de 7 % de blancs et 3 % de rouges. Outre la conversion, le domaine travaille à la revalorisation du biotope et œuvre pour le développement de la biodiversité avec le cabinet spécialisé en environnement Alain Bonhoure Conseil, en particulier pour minimiser l’impact du bâtiment sur la faune et la flore en zone Natura 2000. Il est également prévu de construire un moulin à huile pour exploiter les oliviers du domaine, le reste sera conservé en espaces naturels avec de nombreux cyprès et des muriers centenaires. Côté Vins, les Mariotti travaillent avec la maître de chai et œnologue Hélène Sinaeve (ex-Domaine de la Croix), le cabinet conseil de Gilles Baude et viennent de recruter un directeur opérationnel qui n’est autre que David Quillin, le pétulant ambassadeur de la Cave de Tain (26) qui prendra ses fonctions le mois prochain.

Terre de Vins aime

Clos de Caille rosé 2021 (19,50 €) à majorité grenache (50 %) assorti de cinsault (30 %), syrah (10 %) et cabernet sauvignon (10 %) : des arômes de pêche, groseille, zestes de citron, délicat et fin. Avec une soupe thaï, un tourteau à l’avocat.

Clos de Caille blanc 2021 (19,50 €) 100 % rolle  élevé à 10 % en bois neuf, rond et suave sur des fruits blancs et des notes d’amandes. Avec un carpaccio de Saint-Jacques, une sole meunière.

Clos de Caille Clarisse rosé 2021 (33 €) 25 % grenache, 25 % syrah, 20 % cinsault, 20 % cabernet sauvignon et 10 % de rolle, fermenté et élevé en bois (une seule barrique). Une belle puissance sur les petits fruits rouges, une note de noisette grillée, une trame ample et calcaire et une finale saline. Avec un homard grillé, un filet de canard.

©F. Hermine