Ci-dessus : Xavier Gomart, Directeur Général de la Cave de Tain, David Quillin, ambassadeur et Xavier Frouin, maitre de chai (photos ©F.Hermine)
Ci-dessus : Xavier Gomart, Directeur Général de la Cave de Tain, David Quillin, ambassadeur et Xavier Frouin, maitre de chai (photos ©F.Hermine)

Après le rachat et la restauration d’une maison au bas de la colline de l’Hermitage pour accueillir le pôle formation, la cave de Tain va ouvrir une Maison des Vins sur l’ancienne Nationale 7.

Les investissements coulent à la cave de Tain comme le Rhône entre deux écluses. Au total en 10 ans, cela va représenter une enveloppe de 12 à 13 M€, « pas pour grossir – nous disposons actuellement de 1050 ha pour 160 adhérents , ni pour se lancer dans le négoce mais pour progresser, faire mieux et pas plus », affirme le directeur Xavier Gomart. Après s’être équipé en 2014 de petites cuves pour répondre au besoin de sélections parcellaires, la cave dromoise prévoit désormais d’étendre la zone de stockage, changer la chaîne de conditionnement et poursuivre la montée en puissance des sélections parcellaires de bio. Celui-ci ne représente aujourd’hui que 5-6% des volumes avec deux cuvées de Crozes-Hermitage; il devrait atteindre environ 30% d’ici cinq ans. Après l’achat en 2018 de la propriété Merlin-Gerin route de Larnage, face à la cave en bas de la colline de l’Hermitage, les travaux ont enfin commencé. « Ils avaient pris trois ans de retard car sur la colline de l’Hermitage, tout est soumis à arrêté ministériel », précise Xavier Gomart. La maison sur deux niveaux de 250 m2 abritera une grande salle de réunion et l’école Terra Rhonéa qui dispense déjà diverses formations dont le wset et devrait prendre de l’ampleur. « Il ne s’agit pas de concurrencer l’université de Suze-la-Rousse dans le sud Drôme mais d’être complémentaire avec uniquement des formations courtes ». Les vignes en mauvais état ont été arrachées et 0,4 ha de syrah a été replanté. Le chantier devrait être bouclé au printemps 2022.

Un futur pôle gastronomique sur l’ex-N7

Par ailleurs, le pôle œnotouristique de la cave, Terres de Syrah, bénéficiera dès l’an prochain d’un siège indépendant sur l’ancienne et mythique Nationale 7, en face de la Cité du chocolat de Valrhona, à côté de l’huilerie Richard et juste devant la Maison Pascalis, spécialiste de la pogne (brioche dromoise). Un véritable carrefour gastronomique pour ce site qui regroupera les activités d’œnotourisme et la réception des groupes. La cave leader du Rhône nord et première productrice de vins de syrah en Europe accueille déjà 100 à 120 000 visiteurs par an, « presqu’autant que la cité Valrhona et nous allons créer ainsi un pôle dynamique au cœur de la Vallée de la Gastronomie qui va de Dijon à Marseille », annonce fièrement Xavier Gomart. La cave a par ailleurs accroché en mai dernier, dans les vignes de la Colline de l’Hermitage, un cœur étendard de 8m de haut et 7 de large, cousu dans les sous-sols de Valrhona « pour signaler que Tain était au cœur de la vallée de la Gastronomie ».