©M. Boudot
©M. Boudot

Dans le cadre du salon Champagne Tasting qui aura lieu le 7 mai prochain à l’hôtel Salomon de Rothschild à Paris, Chateaunet (site de vente en ligne) organise un concours de dégustation à l’aveugle, avec à la clef, une bouteille de champagne à gagner et un bon de 50 euros à dépenser sur chateaunet.com

Dans le cadre du concours de dégustation à l’aveugle organisé par Chateaunet qui aura lieu de 11h30 à 12h30 le samedi 7 mai à l’occasion de Champagne Tasting, cinq cuvées différentes seront présentées, de cinq grandes maisons de champagne. Pour chacune, les participants devront déterminer le cépage majoritaire ou unique, le dosage, et identifier parmi un choix de cinq noms, la maison.

Pour vous donner un petit coup de pouce, Terre de vins vous livre quelques conseils qui vous aideront dans cette compétition de haut vol, en vous rappelant, en premier lieu, les caractéristiques des trois principaux cépages que l’on trouve en Champagne. Il y a tout d’abord le pinot noir qui représente 38 % des plantations. Il est connu pour sa capacité à apporter de la structure dans les assemblages. On le retrouve principalement sur la Montagne de Reims et la Côte des Bar. Il déploie souvent des arômes de fruits rouges, mais aussi de coing, d’abricot, de mirabelle et des épices comme la cannelle. On l’imagine plus fruité que minéral, mais cela dépend en réalité des terroirs. Il présente ainsi sur la face Nord de la Montagne une salinité marquée, alors que sur la face Sud il gagne en puissance, en chaleur et en fruits mûrs.

Le meunier (30 %) domine quant à lui dans la vallée de la Marne et jusqu’à Château-Thierry, il est très présent également à l’Ouest de la Montagne de Reims. C’est l’atout charme dans les assemblages, avec des arômes de fruits du verger, et particulièrement de poire. Il est plus rond et moins acide que le pinot noir. On prétend qu’il est moins apte à vieillir, disons plutôt qu’il nécessite davantage de maîtrise pour les longs élevages.

Enfin, arrive le chardonnay (30 %), cépage roi sur la Côte des blancs, mais aussi dans le Sézannais, le Vitryat, sur la butte de Montgueux dans l’Aube, ou encore sur le tournant de la Montagne de Reims à Villers-Marmery et Trépail. Comme le pinot noir, il peut être très minéral. Sur certains terroirs à craie affleurante comme le Mesnil il est ainsi ultra-salin et citrique, mais il peut aussi offrir des agrumes plus doux dans des crus moins austères, et déploie volontiers des notes délicates de fleurs blanches. On le caractérise par son élégance et en vieillissant par ses arômes pâtissiers. En descendant vers le Sézannais, il gagne en crémosité, avec cette petite note de noisette qui le distingue entre mille. Dans le Vitryat, il est plus fluide et sur la butte de Montgueux, il surprend par l’exubérance de ses arômes exotiques.

En ce qui concerne l’évaluation du dosage, l’épreuve est difficile. En effet, le sucre ajouté après le dégorgement sert notamment à contrebalancer l’acidité. Selon le niveau d’acidité perçu, on a donc tendance à penser que le vin est plus ou moins sucré, or cette connexion est trompeuse. Ainsi, l’estérification des acides qui se produit dans le vin lorsqu’il vieillit a tendance à rendre moins perceptible l’acidité, ce qui rend davantage perceptible la sucrosité du vin alors que cette dernière reste inchangée. La maturité très variable selon les différentes vendanges rend aussi cette estimation difficile. On remarquera donc simplement que l’ajout de sucre a tendance à pousser le fruit, tandis que des faibles dosages mettent davantage en valeur la minéralité. Enfin, en guise de révision, un petit rappel des dosages officiels n’est sans doute pas inutile : Extra-brut (0 à 6 g), Brut (moins de 12 g), Extra Dry (12g à 17g), Sec (17g à 32g), Demi-sec (32g à 50g), Doux (plus de 50g)

Vous pouvez prendre votre entrée pour Champagne Tasting + votre place pour le Chateaunet Challenge en cliquant sur ce lien.