C’est le lieu incontournable de cette rentrée parisienne. Exceptionnellement, le mythique Hôtel de Crillon a installé un bar sur la terrasse de l’une de ses suites les plus prestigieuses. Lieu unique, moment magique… Visite.

Avant même de franchir les portes de cette institution mondialement connue de la place de la Concorde, l’on sent que quelque chose s’est passé avec le confinement. Les touristes étrangers ont déserté la capitale, les établissements de luxe ont dû rester fermés pendant des mois. Progressivement, ils ont décidé de reprendre leur activité. Mais les taux de remplissage des chambres sont encore loin d’être optimaux. C’est évidemment encore plus désolant au niveau des suites dont certaines coûtent plusieurs dizaines de milliers d’euros la nuit… La clientèle parisienne, elle, est là. Alors pourquoi ne pas se tourner davantage vers elle ? Un premier indice de ce mouvement nouveau, le camion Citroën vintage des années 1950 garé devant l’entrée du palace, griffé du “C” couronné, emblème de l’hôtel. Un food-truck dans lequel sont proposés des glaces imaginées par le talentueux chef pâtissier des lieux, Matthieu Carlin. Un premier indice que l’hôtel casse les codes et invente dès aujourd’hui son futur qui ne sera plus tout à fait comme avant.

Toucher le ciel de Paris

Juste après l’entrée, les ascenseurs tout de marbre et de miroirs parés vous emmènent directement au 6ème étage, là où l’on ne se rend pas habituellement. Deux grandes portes grises ouvertes permettent de pénétrer dans l’un des saints des saints, la suite Bernstein. Leonard Bernstein évidemment, ce compositeur et chef d’orchestre de génie qui habita dans cet appartement aux airs de maison posée sur les toits. L’objet de toutes les convoitises se trouve juste à l’opposé de la pièce, l’immense terrasse de 200m2 qui entoure toute la suite. Avec une vue à couper le souffle sur tous les monuments de Paris. L’effet est saisissant. C’est là que Yann Daniel, le directeur du bar Les Ambassadeurs, a décidé de déplacer l’habituel bar de la sublime salle de bal du rez-de-chaussée. L’idée de ce projet ? “Créer un lieu extrêmement parisien. Cela commence évidemment par le nom (Bonsoir Paris), mais aussi la bande-son ou bien encore la carte des cocktails qui met à l’honneur différents quartiers de Paris”, nous explique Yann. “Nous avons travaillé avec toute l’équipe à créer une carte de cocktails totalement inattendue. Chacun d’eux rend hommage à une œuvre de street art parisienne. Cette carte a été lancée pour l’ouverture du rooftop le 24 août et perdurera jusqu’à la rentrée 2021”.

Le champagne Billecart-Salmon est également mis à l’honneur et une courte carte de vins au verre a été mise en place par le brillant chef sommelier, Xavier Thuizat. De délicieuses tartines du chef Boris Campanella sont aussi proposées. Pourtant, les codes habituels des palaces sont cassés, tout est fait pour qu’on se sente bien, que l’on vive “un moment hors du temps”. Tables hautes, tabourets hauts, quelques fauteuils en osier, le luxe se fait ici sobre. Le personnel est bien entendu aux petits soins mais avec la juste dose de proximité. Habillés en polos, pantalons chino bleu et baskets blanches, on se dit qu’un souffle nouveau enveloppe l’hôtel de Crillon. Yann évoque différents projets en préparation… En attendant de pouvoir les découvrir, l’adresse est, pour quelques semaines encore, l’occasion de vivre un moment unique.

Rooftop “Bonsoir Paris”
Ouvert 7/7 de 17h à 23h
Cocktails 27€, verre de vin à partir de 15€, rafraîchissements à partir de 12€, tartines 16€
Renseignements – www.rosewoodhotels.com
10, Place de la Concorde – 75008 Paris