David Suire :
David Suire : "je reste persuadé que ce vignoble est le paradis du merlot"

Le château Laroque, gigantesque et discret Saint-Emilion Grand Cru Classé, s’offre les services de David Suire, œnologue et bras droit de Nicolas Thienpont. Bordeaux Fête le Vin est l’occasion de le présenter.

« Il y a du monde avant moi, à commencer par le directeur d’exploitation Bruno Sainson qui a fait 33 millésimes », prévient d’emblée David Suire qui n’a ni envie de faire table rase du passé, ni besoin de se faire prophète. Nommé au poste de directeur d’exploitation au mois de juin 2015, il prend ses marques avec une connaissance déjà très aiguisée des terroirs de Saint-Emilion. Originaire de Charente-Maritime où ses parents sont viticulteurs et distillateurs, David Suire est entré à 22 ans dans l’équipe de Nicolas Thienpont, le fameux directeur de Pavie-Macquin, Larcis Ducasse, Beauséjour Duffau-Lagarrosse et autre Berliquet. Bref, du lourd sur la colline inspirée de la rive droite…

Lui qui rêvait d’être œnologue dès l’âge de 14 ans – David Suire sera diplômé à la fac de Bordeaux, devient à l’époque l’homme de confiance de Thienpont sur trois propriétés : Bellevue, Larcis Ducasse et le petit bijou de Beauséjour Duffau-Lagarrosse. Nonobstant Bellevue (dans le giron d’Hubert de Boüard aujourd’hui) qui n’est plus dirigé par Nicolas Thienpont, David Suire continue toujours de s’occuper des deux Saint-Emilion Premier Grand Cru Classé B (dans ce qui reste du sulfureux classement).

Dans tous les cas, il ne fait pas de doute que l’expertise de David Suire a convaincu la famille Beaumartin en vue de lui donner les clefs du Château Laroque et ses 61 hectares de vignes. « J’ai d’abord fait faire une étude des sols où je retrouve un patchwork des plus beaux terroirs de Saint-Emilion, j’ai beaucoup de vignes d’une soixantaine d’années, et si je veux augmenter légèrement la proportion de cabernet franc qui est aujourd’hui de 10%, je reste persuadé que ce vignoble est le paradis du merlot », explique la recrue. Des coteaux de mollasses du fronsadais aux plateaux argilo-calcaires, David Suire compte redonner de la notoriété à cette plus grande propriété d’un seul tenant de Saint-Emilion et l’une des plus anciennes avec une partie de sa bâtisse du XIIème siècle (ce n’est pas du marketing). Enfin, le nouveau directeur souhaite rapidement placer ce cru dans le top 30 de la place de Bordeaux. A 35 ans, un nouveau challenge tend les bras à cet œnologue sérieux qui dirige désormais une vingtaine de personnes et sort autour de 135 000 bouteilles par an de Laroque. A suivre de très très près. Il conserve par ailleurs ses responsabilités au sein de la team Thienpont pour porter Larcis Ducasse et Beauséjour Duffau-Lagarrosse.

Les notes et commentaires de dégustation des vins mentionnés ci-dessus, pour le millésime 2015, sont disponibles dans « Terre de Vins » n°41, toujours en kiosques.