(photo Millésima)
(photo Millésima)

Après quelques premières sorties discrètes en début de semaine, la campagne Primeurs 2019 à Bordeaux vient de connaître son premier coup d’accélérateur ce matin avec la mise en marché de Château Pontet-Canet, 5ème Grand Cru Classé 1855 (Pauillac). Le ton est donné.

Sévèrement bousculée par la pandémie de covid-19 qui a provoqué l’annulation de la Semaine des Primeurs début avril, la campagne de mise en marché du millésime 2019 à Bordeaux promet d’être inédite à plusieurs égards. Alors que les professionnels dégustent le millésime de façon éparpillée depuis le début du confinement (la rédaction de Terre de Vins a mis en place un dispositif exceptionnel en vue d’un numéro collector à sortir début juin, voir plus bas), certains n’attendent pas de voir sortir les premières notes et dégainent déjà. C’est le cas du Château Pontet-Canet, 5ème Grand Cru Classé 1855 (Pauillac). La propriété en biodynamie d’Alfred Tesseron, qui a fait parler d’elle ces dernières semaines suite au départ de son directeur Jean-Michel Comme remplacé par Mathieu Bessonnet, est annoncée au prix acheteur de 68 € HT (source) ou plus exactement 58 € HT “ex-négociant”, ce qui représente une baisse significative par rapport au millésime 2018, sorti à 98 € HT il y a un an.

Cette diminution du prix de 31% pour un Grand Cru Classé 1855 va-t-elle donner la tendance du marché pour le millésime 2019 à Bordeaux ? Si c’est le cas, il est indéniable que ce 2019 va être riche en bonnes affaires pour les amateurs. Les prochaines sorties seront à suivre de près dans les jours à venir.

En début de semaine, ce sont quelques jolies pépites qui ont ouvert la campagne : Château d’Arsac, Cru Bourgeois Exceptionnel (14 € HT), Château Lanessan en Haut-Médoc également (10,40 € HT), Clos Manou en Médoc (17,30 € HT) ou encore Château Haut-Bergey en Pessac-Léognan (14 € HT). Tous les prix sont à la baisse d’au moins 20% par rapport au millésime 2018.

EN BONUS
“Un dossier spécial
Terre de vins”

Pendant cette période de confinement, “Terre de vins” a mené, comme promis, “sa” campagne primeurs. Près de 400 propriétés ont été dégustées au cours d’un marathon express qui prend fin ce mercredi avec les Grands crus classés de Saint-Emilion. “L’adhésion des propriétés à ce projet a été considérable, confie Rodolphe Wartel, directeur du magazine. C’est aussi le signe, pour ces propriétaires, que la vie ne doit pas s’arrêter, qu’ils ont envie de prendre une part de voix et qu’ils sont fiers du millésime 2019”. Ces dégustations se sont faites à huis clos dans des propriétés-relais qui ont, avec une bienveillance que nous remercions à nouveau, accepté le dépôt de dizaines d’échantillons.
Nos abonnés découvriront dès la semaine du 8 juin un numéro collector où près de 400 grands vins de Bordeaux auront été dégustés, sous la direction de Sylvie Tonnaire, rédacteur de chef et Mathieu Doumenge, rédacteur en chef adjoint. Un numéro qu’aucun autre magazine au monde n’aura réalisé, dans ces conditions si singulières et… historiques.