photos F. Hermine)
photos F. Hermine)

Les vins corses se démènent pour relancer les ventes de vin, en particulier dans l’ile. Pour ce deuxième confinement, tous les caveaux restent ouverts et l’accent est mis sur une présence digitale.

La Corse s’est mobilisée ces derniers mois pour tenter de freiner la crise qui s’annonçait avec le premier confinement et qui menaçait de stopper en plein vol un bel élan de dynamisme. Les ventes du printemps étaient en recul de 40% de fin mars à fin juin : “une perte historique qui n’était jamais arrivée, d’autant plus surprenante à l’entrée de l’été, souligne Caroline Franchi, directrice marketing de l’Interprofession des Vins de Corse. C’était la tendance inverse de la grande distribution continentale qui affichait une croissance jusqu’à +44% en mai”. A fin août (chiffres IRI), les ventes globales de vins corses en GD sur le continent (plus de 80% des ventes) avaient fait, depuis le début de l’année, un bond de 11% en volume, 12% en valeur tandis que dans l’île, elles étaient en recul de 20% en volume et en valeur. “Il fallait agir. On a réussi à inverser la tendance et la saison touristique a limité la casse. C’était encore assez calme en juillet mais on a eu un bel afflux de touristes au mois d’août qui ont consommé corse”.

Winetruck et réseaux sociaux, des armes efficaces

L’arme choisie pour rentrer dans la bataille du rosé a été un winetruck mobilisé sur une trentaine de dates dans toute l’île pour doper les ventes dans les hypers. Installé à l’entrée des magasins des grandes villes, toutes enseignes confondues, l’équipe d’animateurs emmenés par la joviale présidente des sommeliers corses, Sophie Mirande, offrait à la dégustation une quarantaine de rosés et la possibilité de gagner divers cadeaux (bouchons, ice-bags, coussin de plage, tire-bouchon…) en échange d’un ticket d’achat de vins corses. Les caveaux ont également fait carton plein et on a consommé de vin corse dans les restos de l’île.

Les réseaux sociaux dynamisés depuis l’an dernier ont permis de remettre les vins corses à l’esprit des consommateurs avec vidéos, interviews, apéros live… Face au deuxième confinement, le plan d’action digitale a été renforcé sur la fin d’année avec un travail de fond pour expliquer les cépages et les appellations, des envois d’échantillons aux influenceurs pour faire “revivre l’été avec le rosé” mais également afin de promouvoir rouges et blancs. Chefs cuisiniers et influenceurs ont été sollicités ce mois-ci via un jeu concours pour proposer des accords mets-vins avec week-end en Corse à la clé. Les webportraits réalisés par la Winetrotteuse continuent de se succéder sur les réseaux sociaux.

Caveaux ouverts

Les producteurs ont également été soutenus cet été par une campagne radio, dans la presse locale et en affichages 4X3. “Nous avons enregistré 20% de ventes en plus cet été, jusqu’à 30% en août et on a continué à bien tourner jusqu’à la Toussaint, explique Paul-Antoine Suzzoni (Clos Culombu) à Calvi. Mais on est encore dans le négatif sur le global à cause des ventes perdues en restauration pendant le confinement. Au caveau en tout cas, Nous avons eu beaucoup de passages avec un panier moyen plus élevé et sans la cohue habituelle de fin d’après-midi”. “Nous avons reçu plus de continentaux au caveau, plutôt des amateurs intéressés et qui avaient les moyens de se faire plaisir, un public plus curieux et pas forcément rosé, confirme Pierre Aquaviva (Clos Alzipratu) sur les hauteurs de Calvi. De mi-juillet à fin septembre, on a finalement vendu plus de bouteilles et des bouteilles plus chères”. Actuellement, les deux domaines de l’AOP Calvi livrent gratuitement sur le secteur.

Même constat pour Marie-Françoise Devighi (domaine Devighi) sur Patrimonio : “Cet été, le panier moyen était plus élevé, on n’avait moins de clientèle n’achetant qu’une seule bouteille et plus de demandes de visites-dégustations. Nous avons également reçu davantage de clients locaux qui venaient redécouvrir ou découvrir le domaine, rencontrer le vigneron, goûter de nouvelles cuvées… Mais on est quand-même entre –20% et –40% du chiffre habituel faute d’avoir rattrapé le manque de ventes à Pâques et surtout en restauration.” Marie-Françoise a abandonné le drive pour le deuxième confinement ; la cave est ouverte, elle n’a pas augmenté ses prix cette année et elle livre sur place autour de Bastia en groupant ses déplacements. “J’essaye aussi de vendre sur plusieurs sites en ligne mais le problème chez nous est toujours le même : les frais de port”.

Au domaine Peraldi à Ajaccio, le caveau est également resté ouvert et propose la livraison des commandes à domicile. “Nos clients habituels continuent à passer, c’est l’avantage d’être en ville, mais bien sûr c’est beaucoup plus calme, constate Charlotte Lemonnier qui pilote le domaine familial. On a fait de bons chiffres de juillet à septembre, meilleurs même que l’an dernier, surtout avec les résidents secondaires, et on a fait pas mal de promos cet été pour vendre les rosés. Décembre est un gros mois en général, surtout pour les rouges ; il faut espérer qu’il n’y aura plus de confinement”.

À lire dans Terre de Vins n°68, prochainement dans les kiosques : une escapade en appellation Ajaccio.
https://kiosque.terredevins.com/