La maison de négoce languedocienne faisait découvrir hier aux cavistes le nouveau visage de sa gamme “Les Terroirs”, six vins désormais tous biologiques, dotés d’un packaging repensé. Pour une plongée dans le vignoble du Languedoc-Roussillon.

Fondée en 1995 à quelques pas de la Cité de Carcassonne, Calmel & Joseph cultive une approche du négoce qui lui ressemble, l’humain à cœur. Elle identifie des terroirs du Languedoc-Roussillon à fort potentiel, et, grâce à des liens privilégiés avec ses vignerons partenaires, vinifie et élève les vins au sein de leur exploitations. Et ce, avec l’ambition perpétuelle de sublimer la diversité des terroirs locaux, toujours avec une signature caractéristique portée par l’aromatique et la fraîcheur.
Après s’être dans un premier temps développé à l’export, Calmel & Joseph renforce ses positions depuis 2017 sur le marché français, en ciblant le secteur traditionnel CHR et cavistes, partenaires ambassadeurs sur lesquels la marque compte pour raconter cette région méditerranéenne et les vins de la Maison. Hier, « pour faire découvrir aux cavistes l’univers et les terroirs du Languedoc, sur différentes appellations », Calmel & Joseph dévoilait aux cavistes présents à « Top Cavistes » sa gamme « Les Terroirs », désormais entièrement bio « grâce à un partenariat de quinze ans avec les vignerons », précise Laurent Calmel. Avec son habillage relooké récemment, cette gamme sera à la vente au second semestre 2021, au tarif d’environ 66€ en boutique.

« L’Aventure », AOC Corbières 2019
Loin du style parfois imposant de ce vignoble, Calmel & Joseph promeut à l’inverse avec ce vin d’altitude, créé sur des vignes les plus continentales de l’appellation corbières, un profil aérien, sur l’élégance et tension. Porté par une dominante de grenache noir (60%), complété de syrah, là où nombre de cuvées ont traditionnellement pour ossature le carignan et la syrah, il se dévoile fruité, entre notes de petits fruits rouges (mûre, framboise), fleurs blanches, et touches mentholées et camphrées. L’attaque, est « pleine et soyeuse », la bouche affiche des tanins fins et fondus. « Très agréable à consommer jeune, ils se bonifiera avec le temps. »

« Le Gaillard », AOC Faugères 2019
Né d’un terroir de schistes, cet assemblage de syrah (50%), grenache (30%) et carignan (20%) est une ode à son environnement de naissance. Les arômes s’expriment sur les épices, la garrigue, la viande fumée et les petits fruits rouges. Avec sa texture « crayeuse », la bouche, transcendée par la fraîcheur est emmenée par des notes mentholée et une « très belle élégance de tanins », avant de dévoiler « la mûre, la cerise, l’olive noire en tapenade, le bois fumé. » La finale minérale achève cette belle impression.

« La Fabrique », IGP Côtes du Brian 2020
Ce monocépage carignan est un trésor issu d’un îlot de vignes planté en 1890 en sélection massale. « Ce cépage est intéressant à travailler car il a naturellement des pH bas. Or, l’acidité est le meilleur des anti-oxydants », note Laurent Calmel. Déjà, ce vin dévoile une belle maturité au nez sur des « arômes de jus de raisin frais, des épices et la vivacité de la groseille. » Après une attaque franche, la bouche se révèle sur « la garrigue, la figue et les épices », les tanins sont soyeux et la fraîcheur naturelle du terroir vient à merveille compenser le côté solaire. Ce vin déploiera sa quintessence avec la garde, s’amadouant au fil des ans.

« Le bric à brac », AOC Saint-Chinian 2019
C’est une rareté que de voir alliés dans une seule cuvée de Saint-Chinian des terroirs argilo-calcaires et de schistes. Avec ce mariage, ce vin combine les atouts des deux terroirs : le fruit immédiat des schistes et le potentiel de garde inhérent aux terroirs argilo-calcaires. Assemblage de syrah (50%), grenache (30%) et carignan (20%), ce vin charme par son nez épicé, sur des notes d’aneth et poivre blanc, relayés par « des arômes fins de cerise, laurier et tourbe, harmonieusement mêlés. » La bouche, bien structurée, propose une attaque minérale, dans une jolie fraîcheur portée par l’aromatique de fruits rouges, garrigue et tapenade. Elle se déploie ensuite sur des accents méditerranéens, séducteurs et rafraîchissants.

« Le petit miracle », AOC Côtes du Roussillon Villages 2019
Né sur les terroirs les plus au sud de la région, grés et argilo-calcaires, cet assemblage allie dans un bel équilibre grenache (30%), syrah (30%) mourvèdre (20%) et carignan (20%). « Ce vin a un profil atypique pour un vin du Roussillon, jouant la carte de la fraîcheur plus que de l’opulence », expose Laurent Calmel. Après un nez « puissant, entre épices, mûre, figue, cannelle et notes torréfiées », la bouche est souple, avec des tanins soyeux, « enrobés et bien fondus, et des notes de laurier, poivre, cassis et prune blanche ». Un millésime prometteur à la garde.

« Les frères d’armes », AOC Minervois 2020
Assemblage dominé par la syrah (60%), adjointe de carignan et grenache à proportions égales, cette cuvée affiche un style ample et puissant, toujours justement équilibré par la fraîcheur chère à Calmel & Joseph. Après un nez expressif sur la mûre et les fruits noirs, complété de minéralité, la bouche, portée par les fruits rouges, se déploie dans une belle harmonie entre puissance, rondeur et délicatesse, et est ponctuée par une finale fraîche et réglissée amenant la juste dose de tension.

Photos Albert de Monts