(photos F. Hermine)
(photos F. Hermine)

Ils mettaient de l’ambiance, les vignerons de Tutiac, dans les allées de Vinexpo. Chapeau blanc et rose sur la tête, en musique devant la vieille camionnette-wine bar repeinte en rose pour l’occasion.

C’en était trop pour Lascar, la vedette du jour, épuisé par les séances de pause, qui a préféré abandonner les lieux avec son vigneron de maître, Bruno Matra, laissant les bouteilles à son effigie parler pour lui. Car le petit bouledogue français avec son badge VIP, est devenu la mascotte du stand de la coopérative girondine depuis qu’il trône, avec ses lunettes de soleil, sur les étiquettes de Flair, « le vin qui a du chien ».

La dernière gamme créée par la coopérative de Tutiac (450 adhérents, 4 000 ha, 220 000 hl en moyenne soit l’équivalent de 30 millions de cols dont plus de 40 % embouteillés), mise sur « un bordeaux fun dans les trois couleurs, friand et gourmand pour amener des néophytes à goûter du bordeaux, le chien étant un clin d’œil qui rappelle ceux qui gardaient jadis les entrepôts des négociants » raconte Damien Malejacq, le nouveau directeur marketing. Le blanc est en sauvignon très aromatique et légèrement perlant, le rouge en merlot croquant avec peu de tanins, le rosé en merlot/cabernet-sauvignon très fruité (4,70 €).

…. pour faire aussi un grand bordeaux

À coté de cette nouvelle gamme sans complexe, Tutiac a également voulu montrer son savoir-faire sur des grands vins. « La cave travaille beaucoup en sélection parcellaire depuis 2007, suite à l’étude des terroirs, notamment avec une gamme de lieux-dits, mais nous voulions exploiter tout le potentiel du vignoble avec une micro sélection parcellaire de quelques rangs de merlot, cabernet sauvignon et petit verdot, sélectionnés sur trois terroirs chez trois viticulteurs et vendangés à la main » rappelle Bruno Oui, directeur technique.

Les vendanges à la main ne sont pourtant pas dans les habitudes de la cave qui a recruté pour l’occasion une vingtaine de collaborateurs, de la standardiste à l’assistant commercial en passant par l’embouteilleur, mobilisés en 24h dès que les raisins ont été à maturité idéale. S’en est suivi un égrappage manuel, un tri à la cave puis une vinification en grappes intégrales, avant un élevage de 12 mois en barriques neuves de 400 l puis 15 mois en bouteille.

Les 12 barriques ont donné naissance à 3 200 bouteilles de la cuvée L’un dans l’Autre, assemblage de 40 % merlot, 40 % cabernet sauvignon et 20 % petit verdot (35 €) avec une étiquette en bois souple, dans un étui en bois de frêne bicolore particulièrement élégant. Quant au nectar sur les fruits rouges bien mûrs, des notes de kirsch et réglisse aux tanins veloutés, il pourrait bluffer plus d’un lascar amateur de grands bordeaux….