(photo AFP / Marco Bertorello)
(photo AFP / Marco Bertorello)

Le secteur vinicole en Italie, premier producteur mondial en volume, risque d’enregistrer une chute de son chiffre d’affaires de 20 à 25% cette année en raison des conséquences de l’épidémie de coronavirus, selon une estimation du centre d’études de la banque Mediobanca publiée mardi. Ceci représenterait une baisse de chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros environ.

L’étude a été menée auprès des 215 principales entreprises italiennes vinicoles ayant un chiffre d’affaires supérieur à 20 millions d’euros, soit toutes ensemble 9,1 milliards d’euros. Selon cette enquête, 63,5% des entreprises prévoient de subir une chute de leurs ventes. Celles-ci ont été durement affectées par la fermeture des restaurants, hôtels et bars du fait du confinement, et par le ralentissement du commerce mondial qui a entraîné une chute des exportations.

La crise apparaît encore plus grave que celle de 2009, quand 60,6% des entreprises du secteur avaient enregistré une baisse de leurs ventes, avec un recul du chiffre d’affaires de 3,7%, souligne le centre d’études de Mediobanca.

La péninsule s’enorgueillit d’être le premier producteur mondial de vin (avec 47,5 millions d’hectolitres l’an passé), juste devant la France (42,1 millions) à qui elle a ravi ce titre en 2015. Une grande partie est vendue à l’étranger, ce qui a permis au pays d’engranger l’an passé 6,4 milliards d’euros (contre 9,8 milliards pour la France qui reste le premier exportateur en valeur).