Les vins néo-zélandais ont acquis une réputation d’excellence. Si les producteurs ont appris à gérer le succès, ils ont surtout su maintenir une qualité en constante progression. Dans le même temps, le pays a développé une offre œnotouristique riche, variée et souvent luxueuse, parfaitement adaptée aux amateurs de vins et de sensations fortes.
Par Idelette Fritsch et Jacques Orhon

À l’occasion du match de rugby France/Nouvelle-Zélande qui se joue aujourd’hui au Stade de France, nous vous proposons de redécouvrir la World Escapade que nous avions consacrée au vignoble néo-zélandais dans Terre de vins n°54 de juillet/août 2018.

C’est au début des années 1990 que le vignoble s’est considérablement développé. Les exportations ont décuplé, notamment en Australie, au Canada, aux USA et au Royaume-Uni. Plusieurs raisons expliquent cette réussite soudaine. Tout d’abord, la Nouvelle-Zélande connaît, sur une partie de ses deux îles principales, des conditions climatiques et géologiques idéales pour la culture de la vigne, favorisant l’élaboration de vins très agréables. Ceux-ci sont souvent dotés d’une richesse aromatique, d’une bonne matière fruitée et d’un excellent niveau d’acidité, conférant à l’ensemble un équilibre certain. De plus, la taille du vignoble (39 000 hectares) permet un contrôle pointu, tant sur le plan de la viticulture, durable et écologique, de l’œnologie que sur celui de la commercialisation. Pour avoir passé plusieurs semaines dans ce pays imprégné de la culture maorie et de ses mystères, je dois avouer que j’ai été impressionné à la fois par la gentillesse des gens et la beauté des paysages, parfois à couper le souffle comme dans la région de Marlborough, et dans Central Otago, au sud de l’île du Sud.

L’encépagement
L’encépagement est majoritairement constitué de variétés internationales qui ont trouvé là un terroir d’élection. Par exemple : le chardonnay à Gisborne, Hawke’s Bay et Nelson, le cabernet-sauvignon et le merlot à Auckland et à Hawke’s Bay, et plus particulièrement le sauvignon blanc à Marlborough, et le pinot noir dans Central Otago.
Les deux cépages blancs les plus importants sont le sauvignon et le chardonnay, représentant respectivement 57 % et 9 % de la surface totale plantée (en 2014), suivis du pinot gris et du riesling.
Cépage dominant dans l’élaboration des vins rouges, le pinot noir correspond à 16 % de la production totale en 2014, suivi du merlot et du cabernet-sauvignon. Depuis quelques années, la célèbre variété bourguignonne a le vent en poupe. Donnant de très bons résultats dans les vignobles de Martinborough et de Marlborough, c’est dans Central Otago qu’il s’exprime aujourd’hui à merveille.

Jacques Orhon

Les régions et nos producteurs coups de coeur

L’île du Nord
C’est dans cette île que tout a commencé. D’Auckland à Wellington, la capitale, on peut énumérer les vignobles de Northland, Auckland, Matakana, Kumeu, Waiheke Island, Waikato, Gisborne, Hawke´s Bay, Wairarapa et Martinborough.
10 maisons à surveiller : Alpha Domus, Babich*, Craggy Range*, Delegat*, Kumeu River, Margrain, Schubert, Te Awa, Te Mata et Villa Maria*.

L’île du Sud
Plusieurs vignobles sur cette île assurent la plus grande partie de la production du pays. En plus de Marlborough et de Central Otago, on trouvera aussi Nelson et Canterbury/Waipara.
10 maisons à surveiller : Amisfield, Churton, Clos Henri, Cloudy Bay, Felton Road, Peregrine, Rippon, Seresin, Tohu et Waimea.

* Certaines maisons produisent des vins sur les deux îles principales.

UN ARCHIPEL AU GOÛT DE PARADIS

Archipel isolé au milieu de l’océan Pacifique, la Nouvelle-Zélande surprend par la diversité de ses paysages et se pose depuis quelques années comme la destination phare pour tous ceux qui recherchent paysages préservés et escapades plaisir. Peu de destinations peuvent se targuer de proposer, dans une même journée, plage, glaciers, fjords et vignobles !

Entre North and South Islands (l’île du Nord et l’île du Sud), les deux grandes îles qui la composent aux côtés d’une myriade de petites îles, le joyau insulaire révélé par « Le Seigneur des anneaux » a beaucoup à faire valoir: au sud, l’expérience des grands espaces, la côte ouest réputée pour ses fjords, ses forêts primaires et ses glaciers (Fox, Franz Josef), et, partout, une nature découpée de sommets montagneux (l’île du Sud en compte 18 de plus de 3 000 mètres). Claque visuelle garantie pour ce pays plus petit que l’Italie, où la vigne, introduite en 1819, couvre à présent dix régions administratives entre le 36e et le 45e parallèle sud. Les saisons y sont inversées (floraison en septembre, vendanges en février-mars) et les cultures organiques et biodynamiques y ont le vent en poupe. Les producteurs se montrent extrêmement créatifs dans leurs offres réceptives, invitant à une excursion (idéalement à vélo ou, pourquoi pas, en hélicoptère) au cœur des vignobles et wineries qui sillonnent les deux îles. L’Office de tourisme de Nouvelle-Zélande a d’ailleurs créé un itinéraire sur mesure – le Classic New Zealand Wine Trail –, qui permet de découvrir les principales régions viticoles du pays : Hawke’s Bay, Wairarapa, Martinborough et Marlborough.

Sud : un terroir unique
Seul à avoir un climat de type continental en Nouvelle-Zélande, Central Otago longe le 45e parallèle sud. La région est connue pour ses vignobles spectaculaires, entre lacs et montagnes, à l’image de Rippon Vineyard dont les vignes plongent dans le lac de Wanaka. Le schiste est la roche mère de Central Otago, complété par de l’argile offrant des sols très complexes où se plaisent pinot noir et riesling. C’est également un terrain de prédilection pour les aventuriers fondus de randonnée et de vélo. Quant à ceux qui n’ont pas peur de prendre de la hauteur, le vol en hélicoptère jusqu’au parc national de Fiordland offre de somptueux paysages. Première région viticole productrice de Nouvelle-Zélande, la région de Marlborough, autour de Blenheim, produit d’excellents sauvignons blancs, des chardonnays et des pinots noirs et gris réputés. Un célèbre festival de vins et de gastronomie (le Marlborough Wine & Food Festival) se déroule chaque année à Blenheim, en février. On s’émerveillera également devant les fameux Marlborough Sounds, vaste réseau de vallées submergées, et le longde la Queen Charlotte Track, au milieu des forêts vierges.

Nord : culture maorie et élixirs
Sur l’île du Nord, en remontant vers Auckland, Hawke’s Bay est l’une des régions viticoles les plus anciennes de Nouvelle-Zélande, à l’instar de Mission Estate, domaine fondé en 1851 par des missionnaires catholiques. Réputée autant pour ses vins rouges que pour ses blancs, la baie de Hawke voit se succéder une kyrielle de grands vignobles longeant sa magnifique côte sauvage et accidentée qui offre elle aussi de superbe randonnées à pieds ou à vélo jusqu’aux impressionnantes falaises de Cape Kidnappers (et sa colonie de fous de Bassan). À trente minutes d’Auckland en ferry, on rallie l’île Waiheke, un véritable paradis pour se détendre – et oublier qu’il faudra bien rentrer un jour – sur ses plages idylliques. Resté sauvage, le cordon dunaire laisse ensuite place au vignoble de Waiheke, caractérisé par de fortes pentes (25 %) interdisant la mécanisation. On dénombre sur l’île une vingtaine de domaines.

Idelette Fritsch