A priori, il n’y a que peu de relations entre un grand cru classé du Médoc, un rhum et un rosé de Provence. A priori. Mais c’est sans compter sur la famille Sénéclauze, propriétaire du Château Marquis de Terme, quatrième grand cru classé du Médoc, qui lance en simultané, un rosé et un vieux rhum.

Propriétaire en Provence, Domaine de Lauzade en Côtes de Provence et Domaine de Val d’Arenc à Bandol, la famille Sénéclauze connait le potentiel des rosés de Provence. Mais elle connait aussi les faiblesses qui peuvent se résumer en la formule sibylline, plus les corps sont hâlés, plus les rosés sont pâles. Dans une audacieuse stratégie marketing, la famille vient d’annoncer le lancement d’un rosé de Provence aux notes de bords de Garonne. « Un rosé de Provence mais avec une influence bordelaise, donc du goût, du gras, un vin de bouche » comme l’affirme Ludovic David, directeur général du Château Marquis de Terme en charge des vinifications et de la gestion des projets. Le Rosé de Marquis de Terme, c’est son nom, sera labellisé Côtes de Provence. Techniquement, c’est un rosé de pressurage direct, en culture biologique avec un encépagement de 65% de grenache, 15% de cinsault et 20% de tibouren, un ancien cépage provençal, mais commercialisé sous la marque « Marquis de Terme » pour affirmer une image différente.

Autre diversification visant à capitaliser sur la perception qualitative de la marque « Marquis de Terme », et toujours sous la stratégie de la marque ombrelle, c’est vers l’outre-mer et la Martinique que les ambitions de la famille Sénéclauze se tournent. Produire un rhum vieux issu de l’Habitation Saint-Étienne. Dix ans de vieillissement donc avec une finition, c’est-à-dire les derniers dix-huit mois en barriques de Marquis de Terme millésime 2005. Le but, apporter au rhum des notes de fruits rouges et des tanins qualitatifs. « À l’instar des grandes cuvées de whisky dont la finition est réalisée dans des barriques de grands portos ou de grands cherrys, nous avons voulu apporter notre sensibilité à ce rhum », affirme Ludovic David. Un rhum qui entrera dans la gamme « Finitions du Monde » de la célèbre rhumerie martiniquaise et qui sera disponible, pour les bordelaises et les bordelais, à La Petite Martinique, rue Notre Dame.