Propriétaires depuis 2008 du Château de Miraval en Provence, Brad Pitt et Angelina Jolie, le couple le plus glamour d’Hollywood, ont décidé de s’investir davantage dans leur aventure viticole en s’associant avec la famille Perrin (Château de Beaucastel).

Les « people » et le vin, c’est une vieille histoire. Nombreuses sont les célébrités qui ont fait le pari d’investir dans un vignoble. Mais pour quelques authentiques passionnés comme Carole Bouquet (voir notre récente interview), combien d’expériences ratées de la part d’acteurs, de chanteurs ou d’anciens sportifs qui n’ont vu dans le vin qu’un caprice à assouvir sans réaliser les difficultés qui les attendaient ? Apparemment, Brad Pitt et Angelina Jolie ne figurent pas dans cette catégorie… Le couple le plus glamour d’Hollywood, qui a fait l’acquisition en 2008 du Château de Miraval, superbe domaine varois de 500 hectares, a décidé de passer à la vitesse supérieure en se rapprochant de la famille Perrin, référence dans la vallée du Rhône méridionale.

Joint-venture

A la tête du Château de Beaucastel (fleuron de Châteauneuf-du-Pape) et de nombreux autres domaines à Cairanne, Rasteau, Vacqueyras, la famille Perrin s’est donc lancée tout récemment dans une « joint-venture » avec le couple Jolie-Pitt pour assurer la conduite du vignoble de Miraval, qui couvre une trentaine d’hectares. L’association s’est faite de la plus naturelle des façons, comme nous le raconte Marc Perrin : « nous nous sommes rencontrés par le biais d’amis communs. Brad Pitt et Angelina Jolie nous ont fait part de leurs ambitions pour ce domaine : l’achat de ce vignoble n’a rien d’un caprice de stars, ils souhaitent vraiment s’y impliquer. Brad Pitt notamment, s’intéresse de très près au sujet, il connaît bien le vin, nous échangeons beaucoup sur le style, les sols, les améliorations à mener… Ils visent l’excellence et veulent se donner les moyens de l’atteindre à tous les niveaux ».

Mais de l’aveu de Marc Perrin, le fait que les propriétaires de Miraval soient deux superstars hollywoodiennes est anecdotique dans son choix de s’associer à eux : « c’est avant tout un terroir exceptionnel, le seul domaine en Provence qui couvre une vallée entière, dans un cirque magnifique, disposé en terrasses comme dans la Côte Rôtie. Il y a toutes les expositions, il y a du vent, c’est aussi un terroir d’altitude (plus de 350 mètres) avec des variations de températures entre le jour et la nuit qui permettent d’obtenir des vins frais. De notre côté, cela faisait longtemps que nous voulions nous étendre en Provence, et nous sommes très heureux d’avoir l’opportunité de nous exprimer sur ce « top domaine », en y apportant notre savoir-faire de spécialistes du Rhône Sud : nous connaissons les climats, les cépages, les assemblages… Cela a compté pour eux ! »

Un grand terroir de rolle

Reste maintenant à se lancer dans le vif du sujet. La famille Perrin a supervisé les vinifications sur le millésime 2012, et s’attèle désormais à une reprise en main globale du Château de Miraval, de la vigne au chai, afin d’améliorer encore la qualité des vins. Première priorité annoncée par Marc Perrin : des études pédologiques sur chaque parcelle, pour mieux connaître les sols, les sous-sols, et prendre des décisions en conséquence, notamment sur l’encépagement. Des surgreffages sont sans doute à prévoir, en particulier sur les parcelles dédiées à la production de vin rouge. « Aujourd’hui l’encépagement en rouge se partage entre cabernet-sauvignon et syrah : cela va certainement évoluer, mais il est trop tôt pour en parler. Ce sera un travail sur le long terme, avec des ajustements à trouver. Sur les parcelles dédiées au rosé, nous avons du cinsault, du grenache, de la syrah… Tout pour produire des vins très aromatiques, floraux, sur l’acidité, la longueur, la rondeur. Et sur les blancs, nous sommes en rolle (vermentino) : je suis d’ailleurs persuadé que nous avons un terroir avec un potentiel extraordinaire pour produire le meilleur vin de cépage rolle du sud de la France, et au-delà. » Au niveau des vinifications, Marc Perrin annonce un déploiement de cuves inox, et une utilisation plus précise de la thermorégulation. Quant à la conduite de la vigne, rappelons que le domaine est en agriculture biologique depuis très longtemps, étant situé à Correns, « premier village bio » de France… Quant à franchir le pas de la biodynamie, comme à Beaucastel, nous n’en sommes pas encore là.

Il ne reste plus qu’à attendre la sortie des premières bouteilles de ce Château de Miraval « mis en bouteille par Jolie-Pitt et Perrin »…

M.D.