Plus de 750 amateurs se sont pressés hier soir au Palais de la Bourse de Bordeaux pour venir à la rencontre des quelque 40 propriétés de Saint-Estèphe qui faisaient déguster leurs vins. Encore un succès pour ce rendez-vous annuel organisé par « Terre de Vins ».

750 visiteurs, plus de 40 belles propriétés illustrant la richesse et la diversité d’une prestigieuse appellation médocaine : la quatrième édition de Saint-Estèphe Tasting, qui se déroulait pour la deuxième année consécutive hier au Palais de la Bourse de Bordeaux, a confirmé l’appétit des amateurs de vin pour ce rendez-vous désormais incontournable. « Cet événement s’est installé dans le calendrier, il fait partie des rendez-vous des amateurs de grands vins à Bordeaux », se félicitait hier Rodolphe Wartel, directeur de « Terre de Vins ».

Cinq grands crus classés au rendez-vous

Les amateurs pouvaient ainsi découvrir une belle palette de vins de Saint-Estèphe, entre pépites méconnues, crus bourgeois renommés et crus classés prestigieux. « C’est un devoir et un plaisir pour les grands crus classés d’être présents à cet événement, pour soutenir l’appellation », explique Sophie Marc du château Calon-Ségur (dont on pouvait déguster le beau millésime 2006). « C’est une très belle promotion pour toute l’appellation Saint-Estèphe, pour nous il est important d’être là et de venir à la rencontre du grand public », poursuit Hélène Brochet du château Montrose*. Calon-Ségur et Montrose étaient, avec Cos d’Estournel, Cos Labory et Lafon Rochet, les cinq grands crus classés présents à la dégustation.

Bernard Audoy, président de l’appellation et propriétaire des châteaux Cos Labory et Andron-Blanquet, ne cache pas sa joie de participer une nouvelle fois à Saint-Estèphe Tasting. « C’est une belle manifestation, avec beaucoup d’amateurs de vin, des gens que l’on voit tous les ans, mais aussi pas mal de nouveaux. » L’occasion idéale pour faire découvrir le millésime 2014, « une belle réussite à Saint-Estèphe », et plus largement de faire œuvre de pédagogie auprès du public afin de l’emmener à la rencontre de l’appellation médocaine. « Il y a 43 propriétés différentes avec des terroirs différents, découvrez, écoutez, apprenez, encourage Bernard Audoy. Et surtout, prenez du plaisir! »

Propriétés fidèles

Outre ces « locomotives » de l’appellation, on pouvait trouver hier quelques pépites incontournables comme Lilian Ladouys, propriété de l’homme d’affaires Jacky Lorenzetti. « C’est une opération super chouette! » s’enthousiasme Vincent Bache-Gabrielsen, le sémillant directeur du château, vainqueur de la coupe des crus bourgeois en 2015. « Ce genre d’événement est une excellente façon de continuer à ouvrir au public une appellation longtemps perçue comme rustique et impénétrable. » Et la démarche trouve un écho favorable auprès de l’appellation. « Il y a une véritable émulation, avec 43 propriétés présentes. Le taux de représentation est énorme, quasi-tout le monde est là! »

« Je suis un inconditionnel de ‘Terre de Vins’. En fait, il y a deux grands magazines dans le monde : Géo et Terre de Vins ! » Martial Mignet, propriétaire du château l’Argilus du Roi, ne cache pas son enthousiasme. Pilote professionnel dans l’aviation, il a acquis en 2010 cette propriété de 5 ha. Agriculture raisonnée, vendanges à la main, tri sur pied, avant l’érafloir puis sur table, vinification parcellaire, assemblage après élevage dans 40% de barriques neuves… Le propriétaire veut se donner les moyens « pour que son grand vin soit digne d’un cru classé. Un vin d’une grande élégance, mais tout en restant accessible même jeune », à l’image du 2014 en dégustation ce soir-là. Un style qu’il prend plaisir à faire découvrir aux amateurs. « Il y a toujours une immense surprise des gens qui ne connaissent pas. Ils repartent en disant que nos vins sont excellents! » Le propriétaire ne pourrait être plus comblé, car pour lui, « ce qui est merveilleux, c’est de rendre les gens heureux! »

Le château Tour de Pez est un autre fidèle des événements organisés par « Terre de Vins », que ce soit Bordeaux Tasting ou Saint-Estèphe Tasting. Pourquoi revenir d’année en année? « Ces manifestations sont toujours très bien organisées. C’est par cette récurrence que l’on trouve l’efficacité. Il y a de plus en plus de monde. Le public est mélangé, des amateurs, mais aussi des gens qui viennent découvrir. Parfois, je reconnais même certaines têtes » constate Alexis Angliviel de la Beaumelle, le directeur commercial du cru bourgeois. Cette dégustation est aussi l’occasion pour lui de présenter au public la cuvée « L’Eclat », lancée en janvier. Cette deuxième déclinaison de l’étiquette du second vin, dominée par le merlot (60%) est destinée aux caves, restaurants, bars à vin. Ces marchés traditionnels « boudaient » en effet les « Hauts de Pez » jusqu’alors seul second vin de la propriété présent en grande distribution.

Parmi les autres nouveautés à signaler pendant cette soirée : le changement de propriétaire du château Laffitte Carcasset, et la conversion en bio du château de Côme, qui sera labellisée en 2017. Mais aussi quelques incontournables comme Haut Marbuzet, et des découvertes à prix doux comme le château Lavillotte. Rendez-vous l’année prochaine !


* Qui en a profité pour démentir, au passage, les rumeurs de rachat de Clos Rougeard par Martin Bouygues.

Photos : Michael Boudot.