La séparation du couple vedette Brad Pitt & Angelina Jolie laisse en suspens l’avenir du domaine viticole qu’ils possèdent en Provence et exploitent en partenariat avec la famille Perrin.

Horrrrrrible. Le monde people tremble, Gatsby se retourne dans sa tombe magnifique, les infarctus se multiplient dans les salles d’attente médicales, les magazines volent dans les salons de coiffure pour se coller plein d’ammoniaque sur les casques à permanente : Angelina Jolie et Brad Pitt divorcent. Si si. L’annonce est officielle, le couple mythique se quitte et on vous fait grâce des spéculations sur les raisons de cette séparation. Et Miraval ? Le domaine provençal n’a rien demandé ! Que va-t-il en advenir ? Un week-end sur deux ? Garde partagée, grillage barbelé ? N’ayant pas grand-chose à se mettre sous la dent, c’est le grand délire dans les commentaires… « Ça nous dépasse, c’est n’importe quoi, ça prend des proportions, on reçoit des coups de fils avec de fausses identités pour savoir… », se désole Charles Perrin.

L’aventure de la bastide de Miraval avait débuté pour le couple américain en 2008. On parle alors d’une acquisition à hauteur de 35 millions d’euros. Parmi les 400 hectares que compte la propriété, 30 sont consacrés à la culture de la vigne (24 hectares sont en AOC Côtes de Provence et le reste en Coteaux Varois). En 2011, le couple fait appel à la famille Perrin, propriétaire du célèbre Château de Beaucastel à Châteauneuf-du-Pape et très important négociant rhodanien (détenant notamment la marque La Vieille Ferme), pour s’occuper du domaine viticole. L’entente s’est contractualisée avec une participation sur l’exploitation de la famille Perrin à hauteur de 50%. Parmi la fratrie, c’est surtout Marc Perrin qui est en charge de la bonne conduite du vignoble en agriculture biologique et de l’élaboration des vins.

Depuis, les cuvées sur les trois couleurs sortent des chais avec une starification du rosé qui fut classé parmi les meilleurs vins du monde en 2012 par le Wine Spectator. Amour, gloire et rosé. En plein dans la tendance des rosés clairs de Provence, qui plus est un vin de belle facture… Brad Pitt et Angelina Jolie pour l’image, les Perrin pour la qualité ; tout roule. Ou tout roulait.

Déjà, au mois de juin dernier, Paris-Match annonçait qu’Angie souhaitait se débarrasser du château contre l’avis de Brad qui restait très attaché à cette magnifique propriété. Info ou intox ? Fidèle à sa discrétion, la famille Perrin souhaite ne faire aucun commentaire. Avec l’annonce officielle de ce divorce, les choses vont à l’évidence se préciser. Le Château va-t-il être vendu ? Le domaine ? Le vin ? « Ce n’est pas notre histoire, ce n’est pas à nous de parler de ça », précise Charles Perrin avant d’ajouter : « Honnêtement, nous sommes persuadés que ça ne bougera pas, ce projet fut toujours pour leurs enfants, c’est du patrimonial, ce n’est pas une danseuse, je suis sûr que ça va continuer à 2000% ». Pas d’inquiétude, les raisins devraient être vendangés, on pourra toujours déguster le rosé à la bouteille toute ronde ornée de l’étiquette-pastille. Du calme !