Le château Haut-Bailly, cru classé de Graves (Pessac-Léognan), dévoile un nouvel habillage pour ses bouteilles, qui sera décliné sur le millésime 2018.

À Bordeaux, il y a deux écoles dans la construction d’une gamme de vins. Ceux qui identifient les parcelles dès les plantations et savent que certaines n’entreront jamais dans le grand vin et ceux qui donnent leur chance à toutes les baies en appliquant une viticulture identique à l’ensemble du domaine. D’une part une vision pragmatique et une stratégie viticole différenciée, de l’autre une vision plus synoptique et une sélection uniquement due au gout des raisins en fonction de la qualité des différents lots.

Château Haut-Bailly, le domaine le plus en vue ces derniers temps sur la région de Pessac-Léognan, décide d’affirmer sa reconnaissance qualitative en rebaptisant son second vin, « La Parde » en « Haut-Bailly II », comme pour laisser entendre qu’il ne s’agit pas uniquement d’un second vin, mais d’une approche singulière du terroir de Haut-Bailly. « La qualité du vin est reconnue et notamment pour le second vin », affirme Véronique Sanders à la tête de ce domaine. « Nous souhaitons que ce soit totalement un second vin issu du même terroir, de la même viticulture, des mêmes vinifications. Nous décidons de la constitution des vins uniquement lors de l’assemblage » ajoute-t-elle comme pour valider l’hypothèse qu’à Haut-Bailly, le second vin est totalement issu de l’assiette foncière de la propriété et reste l’essence de Haut-Bailly.

Il s’agit aussi « d’ouvrir un deuxième chapitre avec la famille » explique Véronique en écho à la disparition prématurée de Bob Wilmers et à l’indéfectible amour de la famille Wilmers pour ce domaine actuellement en pleins travaux pour un prochain chapitre empli de promesses.
De plus, « le nom n’était pas très lisible et facilement compréhensible par certains consommateurs. Haut-Bailly II est le reflet du grand vin ».

Filant la métaphore, le troisième vin, connu depuis 1987 sous le nom générique de « Pessac-Léognan » devient HB apportant une touche de modernité et un design parfaitement identifiable et comparable à l’ensemble des trois vins.

Quant au grand vin, intemporel, rien ne change.

Les étiquettes seront appliquées sur les bouteilles dès le millésime 2018.