Cette importante coopérative alsacienne a amorcé un véritable virage qualitatif depuis le début des années 2000 et développe aujourd’hui sa gamme bio.

Ne cherchez pas, vous ne trouverez pas plus ancienne. La cave de Ribeauvillé fut la première cave coopérative créée en Alsace à la fin du XIXème siècle, en 1895. Si son histoire fut chaotique pendant près d’un siècle, les années 1990 et 2000 ont signé son retour sur le devant de la scène avec la volonté affichée d’élever sensiblement le niveau de qualité. Les 40 vignerons associés qui, chose rare, vivent tous entièrement de la vigne, doivent se conformer à une charte de qualité qui impose notamment de vendanger entièrement à la main. Une politique absolument nécessaire dans des millésimes délicats comme 2014 car, comme le rappelle Evelyne Bleger-Cognacq, l’œnologue maison, « cela a permis de réaliser un tri drastique des raisins à la vigne et de ne conserver que les plus belles baies saines ». Parmi les millésimes récents, de belles réussites ont été produites. 2013 fut une grande année pour les pinots noirs ainsi que pour les rieslings tandis qu’en 2015, la qualité sera là pour tous les cépages. Mais surveillez particulièrement les pinots noirs qui s’annoncent comme « de véritables bombes de fruit ». Encore un peu de patience toutefois, tous les vins de cépage de la maison sur ce millésime seront disponibles à partir de juin prochain. En attendant, vous pouvez découvrir la gamme bio initiée il y a plus de 10 ans et en constante progression (environ 100 000 bouteilles cette année). Les étiquettes, fraîchement relookées, arborent désormais une multitude de coccinelles, celles-là mêmes qui ont retrouvé le chemin de ces vignes bio.

Diversité des vins et œnotourisme

L’Alsace est indéniablement l’une des régions viticoles françaises présentant la plus grande diversité de vins, aidée en cela par la géologie qui a fait apparaître ici une multitude de sols différents. La cave de Ribeauvillé permet de découvrir cette richesse par la largeur de sa gamme. Chaque année, ce sont plus de 70 vins différents qui sont proposés, couvrant 7 cépages. Des styles de vins allant du sec aux vins de glace à l’extraordinaire complexité sucrée, et ce du vin générique aux grands crus dont 8 sont aujourd’hui exploités par la cave. Parmi eux se trouve une pépite, le clos du Zahnacker, une parcelle d’1, 2 hectares située dans le grand cru Osterberg et qui donne notamment des rieslings au potentiel de garde impressionnant. Le 1998 présente actuellement un nez puissant sur des notes de miel, d’encaustique et de pétrole et conserve une bouche fraîche grâce à une trame acide encore bien présente. Parmi les autres découvertes, le Sylvaner vieilles vignes 2014 (7€) joue la simplicité gourmande et justifie le regain d’intérêt pour ce cépage trop longtemps délaissé et désormais mieux travaillé. La gamme des crémants commence pour sa part avec le brut (8€) à base de pinot blanc jusqu’à la grande cuvée (16€) dont la finesse et la complexité de l’assemblage très champenois (50% pinot noir, 50% chardonnay) resté 6 ans sur lattes vous surprendront. Tous ces vins peuvent être dégustés à la cave qui organise tout au long de l’année des visites de ses installations et de son musée du vin ainsi que des expositions d’art. Et en juin 2016 se tiendra la 12ème édition du rallye des grands crus qui associe balade dans les vignes à la découverte des terroirs, échanges avec les vignerons et repas champêtre. Une bonne idée de week-end en perspective.