La traditionnelle soirée des Accabailles, rendez-vous automnal des Crus Classés de Graves, a été l’occasion cette année de rendre hommage au patriarche André Lurton, qui fêtait ses 90 ans.

Dans la « famille » des Crus Classés de Graves, voici un membre de choix. André Lurton, membre illustre d’une lignée intimement liée au vignoble bordelais, à la tête d’un empire viticole de 600 hectares (dont 260 en Pessac-Léognan, appellation dont il fut l’initiateur en 1987), a eu droit à une chaleureuse standing ovation dimanche soir, à l’issue de la soirée des Accabailles qui se déroulait dans son « fief » du château Couhins-Lurton, à Villenave-d’Ornon.

Ce traditionnel rendez-vous automnal, au cours duquel les quatorze Crus Classés de Graves font déguster leur dernier millésime livrable aux professionnels de la restauration venus de France et d’Europe, coïncidait en effet avec le 90ème anniversaire d’André Lurton. Le patriarche est monté sur scène pour se fendre d’un discours émouvant et drôle, sous le regard des représentants des Crus Classés – parmi lesquels Jean-Philippe Delmas (Château Haut-Brion), Véronique Sanders (Château Haut-Bailly), Olivier Bernard (Domaine de Chevalier), Eric et Philibert Perrin (Château Carbonnieux), Véronique Bonnie-Laplane (Château Malartic Lagravière), Brenda et Lochlann Quinn (Château de Fieuzal) ou encore Tristan et Loïc Kressmann (Château Latour-Martillac) – sans oublier sa fille Christine (Vignobles André Lurton, photo ci-dessous) et ses nièces Bérénice (Château Climens, Premier Grand Cru de Barsac, photo ci-dessous) et Sophie (laquelle, avec son mari Laurent Cogombles, se réjouissait d’avoir vu son Château Bouscaut arriver en tête du dernier palmarès de « Terre de Vins »).

accabailleslurton
De gauche à droite : Bérénice Lurton, André Lurton, Christine Lurton de Caix.

2014, un millésime à acheter en primeurs…

A noter que Jean-Philippe Delmas, prenant le micro pour évoquer la récolte 2014 (traditionnellement, les « accabailles » étaient les fêtes célébrant la fin des vendanges), s’est réjoui avec tous ses voisins de la qualité de ce millésime, venu redonner de l’entrain au vignoble bordelais après le morose 2013. Tout en prenant soin d’annoncer aux restaurateurs présents dans l’assemblée que ce 2014 constituerait « un très bon achat » en primeurs. A bon entendeur.

Il s’agissait donc – presque – d’une soirée « en famille ». Ce qui sied bien à ces Crus Classés de Graves, qui s’appliquent à multiplier les initiatives groupées, en France comme à l’international. Une stratégie collective pour laquelle une « star » comme Haut-Brion, Premier Cru Classé 1855, mais aussi des « poids lourds » comme Pape Clément ou Smith Haut Lafitte, jouent volontiers le jeu. Et qui explique la réussite d’une soirée conviviale comme les Accabailles, visant à conforter les liens entre les Crus Classés de Graves et le monde de la restauration. Il faut dire que le menu du soir était élaboré par le chef Philippe Etchebest, et célébrait le mariage du champignon (produit de saison !) avec les grands vins de Pessac-Léognan. L’occasion de déguster quelques belles bouteilles comme Couhins-Lurton blanc 2004, Haut-Bailly rouge 2006, Fieuzal rouge 2008, Olivier rouge 2003, Haut-Brion rouge 1998, avant de terminer avec un superbe Climens 2000. Pas un vin de Graves, certes, mais assurément, un vin de Lurton.

M.D.
Photos © F.Guy

accabaillesetchebest
De gauche à droite : Philippe Etchebest, Christine Lurton de Caix, Eric Perrin.

Les Crus Classés de Graves :
– Château Bouscaut (rouge et blanc)
– Château Carbonnieux (rouge et blanc)
– Domaine de Chevalier (rouge et blanc)
– Château Couhins (blanc)
– Château Couhins-Lurton (blanc)
– Château de Fieuzal (rouge)
– Château Haut-Brion – Premier Cru Classé 1855 (rouge)
– Château Haut-Bailly (rouge)
– Château La Mission Haut-Brion (rouge)
– Château Latour-Martillac (rouge et blanc)
– Château Malartic Lagravière (rouge et blanc)
– Château Olivier (rouge et blanc)
– Château Smith Haut Lafitte (rouge)

accabailles