Au sein du premier groupe mondial du luxe, LVMH, la branche MH (Moët-Hennessy) possède elle-même une filiale regroupant ses propriétés viticoles à l’étranger, « Estates and Wines ». Dirigée depuis un an par Jean-Guillaume Prats, ancien directeur de Cos d’Estournel (Grand cru classé 1855 à Saint-Estèphe en Gironde), cette filiale rassemble la marque Chandon (déclinée en Chine, en Inde, en Australie, aux États-Unis, au Brésil et en Argentine), Cloudy Bay (Nouvelle Zélande), Cape Mentelle (Australie), Terrazas de los Andes(Argentine, Mendoza), Cheval des Andes (Argentine, Mendoza), Newton Vineyards (États-Unis, Napa Valley), Numanthia (Espagne) et Shangri La (Chine).

Quel chiffre d’affaire représente cette galaxie au sein du groupe mondial ? Difficile de savoir, LVMH ayant coutume de ne pas communiquer sur ses chiffres. De source sûre, le chiffre d’affaire représenterait 9% du chiffre d’affaire de Moët-Hennessy qui s’établit, lui, à quelque quatre milliards d’euros… Ce postulat établi, les questions sont simples : quel est le projet d’avenir et en quoi le consommateur est-il concerné ?

A ces questions, Christophe Navarre, président de Moët-Hennessy, a répondu aujourd’hui en mettant en avant les atouts du groupe ; la force des marques, la qualité des produits, le taux de marge « qui continue à se développer » et la répartition géographique (Moët-Hennessy est distribué dans 132 pays !)

Reste désormais à Jean-Guillaume Prats à composer avec l’existant. En permettant au consommateur de rêver davantage et, par conséquent, d’apporter encore davantage de valeur. Sa feuille de route est claire : il entend offrir à Chandon « une vraie grande dimension », il souhaite « monter en gamme » au niveau des vins tranquilles et regarder « ce qui se passe ailleurs ». Entendez sur les autres continents. Si « Estates and Wines » est présent en Amérique, en Asie et en Océanie, elle ne possède pas – pas encore – de vignoble en Afrique, et n’est présente en Europe qu’en Espagne avec Numanthia (Toro).

En présentant hier cette gamme de vins du monde, Moët-Hennessy révèle certes sa puissance de feu (« Estates and Wines » possède plus de 1000 hectares en Argentine !) mais aussi sa capacité à produire de grands vins, de très grands vins. Les journalistes qui ont été conviés à la table de Christophe Navarre et de Jean-Guiillaume Prats aujourd’hui ont pu le découvrir en dégustant un Clouday bay (sauvignon) d’une formidable vivacité avec des notes citronnées et une belle minéralité à un prix d’ami. Les autres vins, moins abordables sur la marché français, restent, insiste Jean-Guillaume Prats, « des vins iconiques et atemporels ». C’est incontestablement le cas de Cheval des Andes (73, 40 €, malbec, cabernet sauvignon) où Cheval Blanc et l’équipe de Pierre Lurton apportent leur patte, Cap Mentelle (54, 20 €, cabernet sauvignon) ou encore Cloudy Bay, Te Wahi (60 €, pinot noir). Des vins dont la notoriété et la cote vont encore grimper dans les années à venir. Les amateurs de vins qui ont vu, sous la houlette de Jean-Guillaume Prats, grandir Cos d’Estournel, peuvent lui faire confiance.

Rodolphe Wartel

Quelques prix
Cloudy Bay 2013 (Nouvelle Zélande), sauvignon blanc, 23 €
Cape Mentelle 2011 (Australie), cabernet sauvignon, 54, 20 €
Terrazas 2010 (Argentine), cabernet sauvignon, 45, 60 €
Cloudy Bay 2011 (Nouvelle Zélande), pinot noir, 60, 00 €
Numanthia 2010 (Espagne), 189, 90 €
Terrazas 2009 (Argentine), malbec, 45, 60 €
Newton 2008 (Etats-Unis), 50, 60 €
Cheval des Andes 2008 (Argentine), 73, 40 €

Quelques cavistes que Terre de Vins aime, où vous les trouverez
Lavinia France, 01 42 97 20 20
Les caves de Taillevent, 01 48 28 22 62
Legrand filles et fils, 01 42 60 07 12
El Galpon (spécialiste des vins argentins), 01 43 56 73 55