(photo : Frédérique Hermine)
(photo : Frédérique Hermine)

La Maison M. Chapoutier s’installe un peu plus dans le Rhône sud en faisant l’acquisition du domaine Saint Étienne à Montfrin dans le Gard.

Déjà cultivé en agriculture biologique (certifié depuis 2013), le domaine Saint Etienne à Montfrin produit sur 25 hectares des vins en Côtes du Rhône, rouge et blanc (seulement 1 hectare de roussanne), en Côtes du Rhône Villages et Costières de Nimes, uniquement en rouge (9 hectares) à partir majoritairement de grenache et de syrah. « C’est un vrai coup de cœur terroir, à la fois sur des galets roulés et des argiles rouges », précise la directrice technique Christelle Acosta.

À l’initiative de Michel Chapoutier au début des années 90, la Maison a converti en culture biologique et biodynamique l’ensemble de ses vignobles, une vingtaine aujourd’hui. Une approche partagée avec Michel Coullomb, le propriétaire du domaine Saint Étienne, qui l’avait créé en 1988.

Cet ancien de l’Inao souhaitait partir à la retraite et vendre la propriété dans sa globalité, ses enfants ne voulant pas reprendre l’activité. Michel Chapoutier cherchait à s’implanter sur le secteur depuis longtemps « mais on fonctionne surtout par coups de cœur et en fonction des opportunités » reconnaît Mathilde Chapoutier qui vient de reprendre le poste de Nelly France à la direction commerciale du groupe en complément des développements des projets pour l’ensemble des domaines.

Au domaine Saint Etienne, en limite des Côtes du Rhone Sud, « la maison Chapoutier a suivi la culture de la vigne depuis avril pour réaliser les premières vendanges en septembre dans la cave de vinification du domaine ; les premiers vins seront disponibles début 2018 avec une nouvelle gamme, en gardant l’entité propre du domaine mais on ne sait pas encore si on gardera le nom » précise Christelle Acosta. À terme, le domaine devrait passer en biodynamie.

Terre de Vins aime sur Lyon Tasting :

Saint-Peray blanc Les Tanneurs 2016 : l’une des quatre cuvées de Saint-Peray de la maison M. Chapoutier à 95 % marsanne (et 5 % roussanne sur ce millésime) avec un léger élevage en fûts neufs. Un assemblage de parcelles un peu plus puissant, une belle minéralité sur des notes de fruits secs grillés, d’amande et de fruits blancs (13€)

L’IGP Collines Rhodaniennes rouge Lucidus 2015 en biodynamie : un 100 % syrah élaboré avec Paul Lucidi pour en faire « une petite côte rôtie » à Basse s/ Rhône mais sur des sols moins riches et moins pentus que la prestigieuse voisine de l’autre côté du Rhône. Un élevage en fûts (dont 15-20 % neufs) et cuve béton. Un nez toasté-grillé mais encore discret sur des arômes de fruits noirs et d’épices et quelques tanins à fondre. (21,45€)

Saint-Joseph rouge Les Granilites 2014 en bio : un millésime avec plus d’acidité et de tanins, moins concentré et plaisant dès maintenant, issu d’une parcelle au sud de l’appellation. Un bouquet de fruits noirs et d’épices sur des tanins veloutés. (25,45€)