La qualité du cépage emblématique de la rive droite, entrant à 83 % dans l’assemblage de ce 2018, offre un millésime de l’étoffe des grands, entre générosité et pureté. Détails avec la directrice de la prestigieuse propriété de Pomerol, Marielle Cazaux.

« 2018 est clairement un millésime de merlots d’exception, car toutes les conditions étaient réunies pour, affirme Marielle Cazaux. Après un printemps humide, un stress hydrique brutal et nécessaire a fait progresser la maturité de la vigne. Ce stress, c’est la caractéristique des grands millésimes, comme 2010, 2015 ou 2016. Dès septembre, de façon très précoce, on a eu des merlots aux pépins particulièrement bruns, croquants, noisette, chose que l’on n’a pas sur tous les millésimes. On avait aussi des peaux très riches en tanins et concentrées en polyphénols. L’enjeu était de bien vendanger le merlot, parfois un peu capricieux, à la juste maturité. Le très bel été indien nous a permis de récolter parcelle par parcelle, pour des merlots aux aromatiques superbes et très concentrés, tout en puissance et profondeur avec beaucoup de chair pour ceux sur argiles, et plus de tension pour ceux sur graves » expose la directrice. Au chai ensuite, « il ne fallait pas trop extraire. On y est allés en douceur avec des petits remontages, et on a même baissé un peu la température d’extraction, pour avoir des tanins soyeux, très doux, à la texture poudrée. Sous la langue, la matière me fait un peu penser au cacao Van Houten. Outre les merlots, les cabernets francs ne sont pas en reste avec ce côté très floral, épicé et cette belle tension », détaille-t-elle. « L’assemblage 2018 inclut 83 % de merlot. Ce millésime est peut-être un peu atypique pour la Conseillante, avec beaucoup de chair en attaque et de la mâche, une bouche incroyable, douce et concentrée, mais on retrouve quand même le côté vibrant de La Conseillante dans l’aromatique, avec des fruits bleus, de la mûre, des fleurs, et la tension finale. C’est un peu un vin incrachable ! » avoue en souriant Marielle Cazaux. Et de conclure en jouant le jeu des comparaisons : « ce 2018 a vraiment un profil 2010, mais avec une matière encore plus en douceur et plus d’aromatique. Il est plus pur et dans la précision qu’il y a neuf ans, avec des chauffes mieux travaillées et un boisé mieux maîtrisé. C’est un millésime de très bonne définition, c’est même du HD ! »