(Photos F. Hermine)
(Photos F. Hermine)

Le domaine de Marlène Durand et Marc Romak en Crozes Hermitage devrait se lancer en bio avec le prochain millésime et s’étendre en micro-négoce sur quelques appellations du Rhône nord.

Ils se sont connus sur les bancs du BTS Viti-Oeno d’Orange, Marc travaillait déjà dans le vin comme commercial en Provence, Marlène était fille et petite-fille de coopérateurs de la cave de Tain. Ils partent vinifier en Australie en 2005 « pour l’ouverture d’esprit, pour apprendre l’irrigation dans un Custom crash où tout était maîtrisé techniquement par rapport à un profil de vin préétabli » raconte Marc. A leur retour, ils associent les 3 ha de vignes de Marlène et les 9 ha à Mercurol de Denis Larivier, un ami de la famille qui cherchait un repreneur. Et voilà le jeune couple à la tête d’un domaine avec en prime quelques hectares d’arbres fruitiers. « Nous n’avons finalement conservé que 2 ha d’abricotiers et on a abandonné les pêchers tout en gardant le nom de l’espèce, Mélody, pour le domaine ».

En 2010, ils sont donc à la tête d’une douzaine d’hectares, aujourd’hui une vingtaine principalement en Crozes Hermitage , « pas plus pour garder la main sur la viti, précise Marc. L’idée est de valoriser les différents terroirs. Nos vignes d’une cinquantaine d’années sont à 80% sur les argilo-calcaires des Châssis mais aussi au château de l’Arnage pour la roussanne et sur les sables des Chaux au sud de Crozes, intéressants pour les syrahs et les vieilles marsannes de 1947 ». Le couple vient également de planter rolle et viognier. La cuverie a été dimensionnée pour des vinifications parcellaires par cépages et par terroir. Marc et Marlène vendangent manuellement, ont arrêté le désherbage chimique, travaillent en levures indigènes, ont commencé à utiliser des produits en bio et biodynamie et ont prévu de lancer la conversion avec le millésime 2019. « On bénéficie de la forte réactivité d’un petit domaine où l’on travaille souvent du lundi au dimanche, et où il est plus facile de traiter entre des vignes palissées ».

L’idée est aussi de lancer un micro-négoce en achat de raisins pour élargir la gamme en fonction des opportunités. Ce sera d’abord un saint-joseph blanc en millésime 2018, une syrah en vin de France et le couple de vignerons aimerait trouver des raisins en Cornas et Saint Peray. Autre projet, agrandir la cuverie en 2020 et acheter un œuf béton pour vinifier une cuvée de blanc.

On a aimé :

L’Exception Crozes-Hermitage blanc 2017, 70% marsanne, 30% roussanne (élevage en inox et barriques de 3-8 ans,en levures indigènes depuis ce millésime) : fruits blancs, poire, tilleul, rond et floral sur de beaux amers (17€)

Chaos Crozes-Hermitage blanc 2017
, 70% roussanne, 30% marsanne (élevage un an en barriques) : fougère, chèvrefeuille, pêche blanche, belle vivacité (22€)

Friandise Crozes Hermitage 2017 syrah rouge (8 mois en cuves) : tapenade, fruits noirs, légèrement poivré, souple et gourmand (13€)

Premier Regard Crozes-Hermitage syrah rouge 2017
(vendange éraflée, 30% en cuves, 70% en barriques) : olives, fruits rouges acidulés, tanins souples et enrobés (16€)

L’Étoile noire, Crozes-Hermitage syrah rouge 2017
(vieilles vignes de 50-60 ans, en grappes entières, 12 mois en barriques dont 15% de bois neuf) : fruits rouges et noirs, kirsch, léger menthol, épices douces, puissant sur une note boisée et encore quelques tanins à fondre (22€)