Pari gagné. Rhonéa Vignobles réunit à ce jour 306 souscripteurs et a collecté 640 000 euros. Ensemble, ils ont fait l’acquisition de 6 hectares de vignes menacées d’urbanisation.

Les résultats sont pour le moins encourageants. Un an après sa création, Rhonéa Vignobles a réussi à réunir 306 souscripteurs et à lever 640 000 euros. Ces fonds ont permis l’acquisition de 6 ha de parcelles de vignes à Vacqueyras, lesquelles se trouvaient menacées par l’urbanisation. Lancé par Rhonéa Vignerons Artisans qui regroupe les caves coopératives de Beaumes-de-Venise et de Vaqueyras, cette société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) a pour vocation la mise en place d’un financement participatif à destination des professionnels et des particuliers pour préserver des vignes susceptibles de devenir constructibles.

Fin septembre, 80 souscripteurs venus de toute la France ont répondu à l’invitation des vignerons de Rhonéa Vignobles pour venir découvrir les vignes achetées en commun. Ils ont fait part de leurs motivations. Comme cette dame qui n’est pas propriétaire de sa maison et qui « trouve plus valorisant d’acheter des parts de vignes qu’un bien immobilier ». Ou encore ce monsieur qui a acheté plusieurs parts en guise d’héritage pour ses petits-enfants. « Chaque souscription est une nouvelle histoire », commente Pascal Duconget, directeur de Rhonéa.

L’opération comporte d’autres attraits. En souscrivant des parts dans le projets (1000 euros minimum la part), les investisseurs bénéficient d’une réduction de 18 %, par parts, d’impôt sur le revenu. Rhonéa Vignobles enregistre en moyenne 50 à 80 parts par mois à raison de deux à trois parts par souscripteurs. Son objectif, lever cinq millions d’euros d’ici 2022 pour sauver 100 ha autour de 5000 sociétaires.