Fruits d’une alchimie ancestrale, les vins doux naturels du Roussillon sont taillés pour affronter le temps. Pas l’oubli. Un site vitrine, www.clubvieuxmillesimes.com mis en ligne mi-novembre, référence 43 élixirs de légende exhumés par le CIVR sur une sélection de David Biraud. Tous sont disponibles à la vente et invitent à remonter le temps en les sirotant, de 1999 à… 1875.

Leur grand âge ne les a pas toujours protégés de l’oubli, au profit des Portos dont les Français sont les premiers consommateurs au monde. Les Vins doux naturels du Roussillon (AOP Banyuls, Banyuls Grand Cru, Maury, Rivesaltes et Muscat de Rivesaltes) qui représentent 80% de la production française de VDN, rentrent à nouveau en scène grâce un site dédié, mis en ligne mi-novembre par le Conseil interprofessionnel des vins du Roussillon (CIVR). Il référence 43 cuvées millésimées, sélectionnées à l’aveugle par David Biraud, vice-Meilleur sommelier du monde 2016 et chef sommelier du Mandarin Oriental à Paris.

« Il y avait un réel intérêt à remettre sur un piédestal ce patrimoine national des VDN en faisant prendre conscience au consommateur des pépites qui séjournent dans nos caves », fait remarquer ce dernier. Car pour le sommelier, ces vins mutés dont on a arrêté la fermentation alcoolique par ajout d’alcool vinique afin de conserver un niveau élevé de sucre, sont de véritables machines à remonter le temps : « Ils sont bâtis pour affronter les siècles. Leur dégustation invite à la sagesse et au respect, à la fois par l’émotion procurée par leur incroyable fraîcheur, leur complexité et une matière phénoménale préservée des affres du temps. Mais surtout parce que goûter ces vieux millésimes, c’est inconsciemment se projeter à l’époque où ils ont été vendangés, parfois bien avant notre naissance. »

Rivesaltes 1875 : à la santé de Victor Hugo

Banyuls Grand Cru 1990 de la cave de l’Étoile, Rivesaltes 1945 de château Las Collas, Maury 1925 de la Coume du Roy, etc. Sur le site, la machine à remonter le temps s’emballe, saute les décennies et les siècles pour remonter jusqu’à la IIIe République avec un Rivesaltes 1875 du domaine Puig Parahÿ. « C’est extraordinaire quand on déguste ce vin, de s’imaginer le siroter aux côtés de Victor Hugo et des Misérables. Chaque millésime pose un jalon historique : 1910 ou 1942 pour les cuvées réalisées par les femmes en l’absence des hommes pendant les deux Grandes Guerres, 1936 au moment du Front Populaire et des congés payés, etc. », s’enthousiasme Philippe Bourrier, le président du CIVR.

3 ans d’inventaire

Mais il y a la grande et la petite histoire, la plupart des caves du Roussillon conservant des barriquots en mémoire de tel ou tel événement familial, jalousement conservés. Pour le CIVR, cette tradition a entraîné un important travail de recensement préalable au lancement du site. Il a permis, grâce à l’appui du service des douanes, d’établir avec précision l’état des stocks, de 2,6 M de bouteilles pour tous les VDN supérieurs à 18 ans d’âge. « Les vignerons possèdent en cave des millésimes très anciens qui dorment encore en foudres, fûts, bombonnes. Peu étaient millésimés, car il n’était pas dans les habitudes du Roussillon de mettre une date sur une étiquette, sauf pour les années particulières où l’on voulait conserver la trace d’un vin en lien avec une naissance, un mariage », explique Philippe Bourrier. Le président du CIVR encourage donc les vignerons à millésimer leurs vins à l’avenir, car le site devrait progressivement intégrer une nouvelle sélection de VDN, tout aussi légendaires.

Pour établir sa sélection, David Biraud a opté pour une notation minimale de 90/100 et un âge des vins supérieur à 18 ans. Chaque vin sélectionné dispose de sa propre fiche avec un lien direct vers le site marchand du producteur, ou à défaut, ses coordonnées.

www.clubvieuxmillesimes.com