A l’Unversité de Strasbourg, Dominique Schwartz, Dominique Loiseau, Jean-Robert Pitte, Jean-Michel Deiss, Aubert de Villaine. (Photos I. Bachelard)
A l’Unversité de Strasbourg, Dominique Schwartz, Dominique Loiseau, Jean-Robert Pitte, Jean-Michel Deiss, Aubert de Villaine. (Photos I. Bachelard)

Ce mercredi 28 mars a été officiellement annoncée la création au sein de l’université de Strasbourg d’un diplôme universitaire sur le terroir viticole. Une première.

Philippe Guigal est venu de Côte Rôtie, Pierre Lurton de Cheval Blanc à Saint-Emilion, Marie-Thérèse Chappaz du Valais suisse, Henry Marionnet de Sologne. En ce matin pluvieux du mercredi 28 mars, l’université de Strasbourg accueillait quelques figures du vignoble, défenseurs d’une viticulture ancrée dans son terroir, venus pour encourager la création d’un tout nouveau diplôme universitaire intitulé « Vers le terroir viticole par la dégustation géo-sensorielle ».

Sous l’impulsion de Jean-Michel Deiss

« Avec ce diplôme unique en France, il s’agit de revenir à la base de la dégustation en redécouvrant la signature tactile d’un lieu transmise au dégustateur sou la forme d’une salivation bienveillante » explique le vigneron de Bergheim Jean-Michel Deiss, qui a travaillé plus de deux ans avec des experts venus du monde de la viticulture, de la géographie mais aussi de la psychologie, de l’histoire et des neurosciences, pour mûrir ce projet, continuation naturelle de son « Université des grands vins » dédiée aux amateurs.

Cette formation s’adresse aux professionnels de la gastronomie, du vin, de l’œnotourisme et à toute personne souhaitant approfondir sa connaissance du concept de terroir. Elle alterne cours théoriques et travaux pratiques et s’appuie sur une équipe d’enseignants chercheurs et de professionnels du vin.

Le savoir des « gourmets » du XIIè siècle.

Le programme est dédié aux exigences de la viticulture de terroir. On y découvre l’histoire d’un lieu, sa géographie, sa géologie, les sols et les climats des terroirs, y compris dans leur aspect sociologique ou religieux. Avec l’aide des neurosciences on y apprend à décrire les liens profonds qui unissent les vins de terroir à leur lieu d’origine. Un retour au savoir ancestral des « gourmets » du XIIè siècle.

La première session commencera en juin pour 10 mois à raison d’une semaine par mois. Le programme est parrainé par Aubert de Villaine, co-gérant du domaine de la Romanée Conti et Dominique Loiseau présidente du groupe Bernard Loiseau, qui revenait pour l’occasion dans l’université où elle avait obtenu sa maitrise de bio-chimie, avant de se faire adopter par la Bourgogne. Il est placé sous la responsabilité scientifique de Dominique Schwartz, professeur des universités à la faculté de Géographie et d’Aménagement de l’Université de Strasbourg.

Ce diplôme universitaire est une formation continue qui comprend 227 heures. Les inscriptions sont ouvertes sur dossier (4 950 € avec possibilité d’aide financière) https://sfc.unistra.fr.

Pour en savoir plus