Après 2002, 2004 et 2006, la Cuvée Winston Churchill de Champagne Pol Roger honore le millésime 2008. Un millésime classique qui commence tout juste à dévoiler ses charmes.

A la fin de 2017, le film « Les années sombres » de Joe Wright mettait la lumière sur le rôle éminent du britannique Sir Winston Churchill à la fin de la dernière guerre. Aux côtés de Kristin Scott Thomas, le comédien Gary Oldman incarnait l’homme politique souvent représenté avec son chapeau, son cigare … ou sa coupe de champagne. Amateur de bonnes choses Sir Winston Churchill avait fait la connaissance d’Odette Pol Roger lors d’un repas à l’Ambassade de Grande Bretagne à Paris, peu après la Libération. Un somptueux 1928 y fut servi et une amitié naquit (toujours vive d’ailleurs) entre les deux familles. La cuvée qui honore maintenant le fidèle ami et client de la maison fut créée en 1975.

Des conditions idéales

Comme les jeux olympiques, mais pour des raisons différentes, la cuvée Winston Churchill semble se caler sur les années paires. Depuis 2002, elles ont offert à l’amateur des vins profonds, qui évoluent lentement. Le 2008 arrive, fier de ses qualités, présenté par un chef de cave qui ne l’a pas vu naître. En effet, Emmanuel Petit qui avait décidé que 2008 était à la hauteur de la cuvée de prestige de la maison est parti à la retraite.

C’est le nouveau chef de cave, Damien Cambres – champenois de naissance et fort d’une belle carrière dans sa région – qui raconte le millésime : après les gelées de décembre, douceur et humidité marquent le début de 2008. En mars et avril un temps pluvieux s’installe, avec même quelques chutes de neige et des gelées. Grâce à la douceur de mai, la vigne rattrape vite son retard. Les conditions estivales sont très contrastées avec des orages en juillet, un temps frais et peu ensoleillé en août. A la véraison en août, l’état sanitaire est remarquable. En septembre, les conditions deviennent exceptionnelles. Les vendanges se déroulent dans des conditions idéales dès le 15 septembre. Les grappes sont de qualité et l’équilibre sucre/acide parfait.

Un millésime classique

Au terme d’un élevage de dix ans, la nouvelle cuvée Sir Winston Churchill fait sa sortie, avec ses parfums nuancés, ses bulles fines, sa bouche puissante mais retenue. Damien Cambres explique : « Encore sur la réserve, ce 2008 ne donne pas tout. Le Churchill évolue toujours lentement sur 10, 20 ans ou plus ». C’est un vin classique, peut-être le dernier avant les marques du réchauffement climatique ne modifie le style champenois ? Il y avait eu un trio de choc 1998, 1999 et 2000. Personne ne sait s’il sera initié par une paire 2008-2009 ?