Photo Frédérique Hermine.
Photo Frédérique Hermine.

L’appellation Crozes-Hermitage ne produit que 8% de blancs, mais elle ne cesse de replanter marsanne et surtout roussanne pour élaborer des vins aériens et floraux.

Depuis des générations, l’appellation Crozes-Hermitage était rouge, en syrah majeure. Les quelques pieds de blanc, marsanne, roussanne et même chasselas il y a quelques décennies, parfois complantés, que l’on trouvait dans le vignoble étaient mis dans les cuves de rouge, « pour apporter plus de fruité mais aussi parce que dans les années 80, il faut reconnaître qu’une bouteille de blanc se vendait comme un cercueil a deux places, ironise Yann Chave. La marsanne, majoritaire dans l’appellation, n’est pas simple à conduire, elle peut être lourde et un peu oxydative, sensible au botrytis, mais avec les progrès de la vinification au cours des dernières années et avec des rendements maîtrisés, elle peut donner de grands blancs qui peuvent se garder 3-4 ans. Depuis une dizaine d’années, nous n’en avons jamais assez ». Reste qu’elle est plus adaptée aux terroirs du nord qu’aux terrasses des Châssis au sud.

La roussanne gagne du terrain

« Tout le monde a toujours eu traditionnellement un peu de blanc, surtout dans les terroirs septentrionaux, sur les lœss et les terres lourdes argileuses plus appropriées à la marsanne, explique le président de l’appellation, Pierre Combat. Mais de nos jours, on replante surtout de la roussanne pour la fraicheur, le gras et la rondeur qu’elle apporte aux vins ». Elle commence même à être à la mode en Afrique du Sud, en Australie et en Californie mais elle ne représente encore que 0, 5% de l’encépagement mondial. Lors de la dernière présentation des crozes à Londres, les importateurs s’intéressaient aussi beaucoup aux blancs et pas seulement en complément de gamme. Même intérêt en Allemagne, en Suisse, en Belgique… Mais les vieilles vignes sont peu productives et les nouvelles plantations ne sont pas encore à plein rendement. Aujourd’hui, les blancs pèsent environ 8% des volumes de l’appellation, soit en moyenne 5500 hl (sur 66 500). Ils pourraient d’ici moins d’une dizaine d’années représenter 15%.

Plutôt en cuves

La cinquantaine de producteurs, la quarantaine de négociants et les deux caves coopératives de Clairmont et surtout de Tain l’Hermitage en ont quasiment tous au moins une cuvée, la majorité élevée en inox, certaines fermentées sous bois et quelques-unes même élevées sous bois pour davantage de garde (domaine des Remizieres, Guigal, Domaine Mule Blanche de Jaboulet, les vins de Vienne, la cave de Tain…) C’est surtout à la marsanne que l’on doit cette capacité de vieillissement et à la délicate roussanne la finesse et la complexité. Leur assemblage donne des vins équilibrés et aériens sur des arômes de fleurs blanches et de fruits jaunes, acacia, aubépine, chèvrefeuille, pêche, abricot, avec des notes citronnées, parfois salines, des évolutions sur les fruits secs pour les vins de garde. Ils sont à découvrir dès l’apéritif (comme lors de l’opération Wine Transat l’été sur une péniche lyonnaise), sur des poissons grillés, une omelette aux girolles, une salade de crabe, un tajine de poulet au citron, une quiche aux fruits de mer ou une tartiflette.

Notre sélection :

Domaine Gaylord, La fille dont j’ai rêvé 2014 (15 €), 50% roussanne 50% marsanne élevé 90% en cuve, 10% en barrique d’un vin.

Yann Chave, Crozes Hermitage blanc 2013 (17 €), 70% marsanne et 30% roussane en cuve (bio).

Domaine des Bruyères Blanc, Aux bêtises d’Eloïse et Léa 2014 (19 €), 50 à 80% de marsanne, 20 à 50% de roussanne élevé 8 mois sur lie en œuf béton (bio).

Domaine Etienne Pochon 2014, Château de Curson (15 €), 50 % Roussanne, 50% Marsanne, issus de vielles vignes, élevage de 3 mois en barrique.

M. Chapoutier, La Petite Ruche 2014 (14, 25 €), 90% marsanne, 10% roussanne, en partie (10-15% élevé en fûts de chêne de 600 l.)

Domaine Combier, cuvée Laurent Combier 2014 (13 €), 95% marsanne, 5% roussanne élevage 12 mois en fûts récents (bio).

Domaine Laurent Habrard 2014 (14, 90 €), 90% marsanne, 10% roussanne (bio) Elevage inox et barriques de deux vins (bio).