La Champenoise Sandrine Girardot s’est éteinte. Figure de la coopération, elle présidait avec énergie Chassenay d’Arce, une des « maisons de vignerons » emblématiques de l’Aube.

Le vignoble champenois du Barséquanais est en deuil. A 48 ans seulement, après s’être battue farouchement contre la maladie, Sandrine Girardot s’est éteinte.

Sandrine Girardot était l’une des figures emblématiques de la coopération champenoise – et elles sont rares les femmes à la tête de coopératives vinicoles ! De 2007 à 2015, elle a présidé Chassenay d’Arce, une « Maison de vignerons » comme elle aimait à l’appeler, réunissant 130 familles sur 325 ha de la vallée de l’Arce dans la côte des Bar.

Avant elle, son grand-père avait été président-fondateur de cette structure réunissant une poignée de vignerons aubois pionniers du mouvement coopératif, et bien décidés à prendre leur destin en main.

C’est avec la même énergie et avec un farouche esprit d’indépendance que Sandrine Girardot voulait le meilleur pour Chassenay d’Arce : des installations de production de tout premier ordre ; une marque emblématique des grands pinots noirs de cette région – Terre de Vins en a souvent souligné les cuvées – ; enfin un rayonnement fort et original via le mécénat et l’oenotourisme.

Cette grande dame, vigneronne déterminée, était convaincue que la coopération est un modèle moderne et d’avenir. En juillet 2014, à l’occasion des 50 ans de Chassenay d’Arce, elle déclarait « Chassenay d’Arce s’est construite et perdure grâce à un esprit coopératif indéniable. Chacun apporte ce qu’il a de meilleur pour hisser l’ensemble vers l’excellence. Notre richesse réside dans l’assemblage de nos différences».

Aux enfants, à la famille, à toute l’équipe et aux vignerons de Chassenay d’Arce, “Terre de Vins” transmet ses sincères condoléances.