Sa devise était : regarde devant toi et avance. Le vigneron de 76 ans qui aimait le Sancerre, les films de Quentin Tarantino mais qui n’aimait pas les vins sans émotion et les vendanges sans surprise, est décédé le 7 février.

Les origines vigneronnes de la famille Brunel remonte au XVIIe siècle. « Elle est attestée par l’achat auprès de l’évêque d’Avignon d’une parcelle de vigne au Nord de l’appellation ».

C’est qu’en 1954 que Lucien Brunel crée la marque Les Cailloux et que le domaine prend cet intitulé. André succède à son père en 1971 et développe l’affaire. La propriété se répartit sur trois appellations : 21 hectares en appellation Châteauneuf du Pape, dont 2 de blanc, dispersés sur une dizaine de quartiers,  40 hectares en Côtes du Rhône, principalement situés à l’Est de la ville d’Orange, ainsi que dans le Gard, près de Lirac et 30 hectares d’IGP, situés en majorité sur la commune de Travaillan (Nord du Vaucluse).

Il créait également la « Cuvée Centenaire » en 1989, pour célébrer le centenaire de la plantation de la plus belle parcelle du domaine, située sur le quartier éponyme de Farguerol. Cet assemblage de 90 % grenache et 10 % syrah est élaboré exclusivement sur les grands millésimes. C’est en 2012, que son fils Fabrice, le rejoint afin de perpétuer l’histoire familiale.

La Fédération des vignerons de Châteauneuf-du-Pape salut « un Président du syndicat des vignerons de Châteauneuf-du-Pape pendant de nombreuses années…, connu pour avoir positionné les vins du domaine Les Cailloux parmi les plus grands vins du monde. André Brunel était avant tout un vigneron passionné qui plaçait l’appellation Châteauneuf-du-Pape au-dessus de sa propre réussite…Un vigneron altruiste qui ne comptait ni son temps ni son énergie pour faire avancer le collectif. »

André Brunel sera inhumé demain jeudi à 14h30 à Châteauneuf.

Terre de Vins adresse toutes ses condoléances à sa famille et ses amis.