Photo CIVB / Yann Lacombe
Photo CIVB / Yann Lacombe

Les vins de Bordeaux s’attendent à un “rebond fort” en 2021 après deux “très mauvaises années” 2019 et 2020 marquées par les taxes américaines, les incertitudes du Brexit, l’accord douanier entre la Chine et l’Australie et la crise du Covid-19 fermant les restaurants et coulant l’événementiel, estime Bernard Farges, président du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux.

“La filière viticole girondine a les mêmes espoirs que les citoyens que nous sommes tous, nous avons envie de revivre, de nous voir normalement, de festoyer, d’échanger, de boire des coups entre amis, en famille et tout ça régénérera de l’activité”, a-t-il dit sur France Bleu Gironde.

Autres raisons d’espérer, selon lui : un accord sur le Brexit (depuis conclu, ndlr), l’élection aux Etats-Unis de Joe Biden permettant la reprise des discussions sur les taxes avec l’UE, et la récente imposition par la Chine d’une taxe de 200% sur les vins australiens.