(photo Joanne)
(photo Joanne)

Californie, Toscane, Argentine, Australie… De plus en plus de grands vins du monde ont recours à l’expertise de la Place de Bordeaux pour doper leur commercialisation mondiale. La campagne de nouvelles mises en marché, qui bat actuellement son plein, confirme cette tendance forte.

Chaque année au printemps, la campagne des Primeurs est le rendez-vous traditionnel durant lequel la “Place de Bordeaux” (réunissant l’ensemble des maisons de négoce et des courtiers qui ont façonné historiquement la force de frappe du commerce du vin bordelais) fait montre de son savoir-faire lorsqu’il s’agit de faire rayonner les grands crus girondins aux quatre coins de la planète. Depuis quelques années, un nouveau temps fort est en train de se dessiner, cette fois en septembre – et il est actuellement en train de battre son plein. Il s’agit de la campagne de mise en marché des grands vins étrangers qui dévoilent leur millésime “livrable” aux amateurs du monde entier en passant par le négoce bordelais. Une tendance de fond, qui a commencé il y a quelques années lorsque quelques marques de prestige (stars californiennes ou “super toscans”) ont mis le pied dans la porte, mais qui connaît un impressionnant coup d’accélérateur depuis deux ans. De plus en plus de grands domaines internationaux, des deux hémisphères, veulent bénéficier de cette extraordinaire rampe de lancement que constitue la Place de Bordeaux ; et de plus en plus de maisons de négoce veulent s’inviter à la fête.

“Un vrai rendez-vous”

Il y a quelques jours, le géant australien Penfolds annonçait le lancement sur la Place de Bordeaux du millésime 2018 de sa cuvée Bin 169 Coonawarra Cabernet Sauvignon, “rejoignant ainsi les icônes du vin français, italien et californien”. “En ayant recours à ce mode distribution, le Bin 169 aura accès à un plus grand nombre d’amateurs et de collectionneurs dans le monde”, expliquait alors Tom King, directeur général de Penfolds, listant même les six maisons de négoce autorisées à distribuer son vin, parmi lesquelles les géants CVBG, Duclot et Joanne. Ces derniers ne découvrent pas l’exercice, à l’image de Duclot, qui a constitué une collection de “grands vins iconiques” du monde entier. Quant à la maison Joanne, elle est allée encore plus loin en créant, début 2021, une branche entièrement dédiée aux grands vins étrangers et “hors Bordeaux”, Joanne Rare Wines. Son directeur général, Jean-Quentin Prats, détaille : “jusqu’à tout récemment, ces séquences de mises en marché des vins étrangers étaient ponctuelles, désormais elles constituent un vrai rendez-vous ; depuis deux ans, on peut réellement parler de campagne, qui ressemble de plus en plus à l’ambiance des primeurs, mais rodée et adaptée aux vins du monde”. Depuis le début du mois de septembre et pour environ trois semaines, c’est une vraie campagne commerciale qui se met en place chez les négociants bordelais et chez les distributeurs, avec un portefeuille qui ne cesse de s’étoffer. “Cette année seulement, une dizaine de nouvelles références ont fait leur entrée sur la Place”, précise Jean-Quentin Prats.

Pour accompagner cette montée en puissance, Joanne Rare Wines a organisé deux événements professionnels : une dégustation au mois de juillet pour les journalistes (voir plus bas), et, à la fin du mois d’août, une autre session pour les clients de la maison, afin de leur faire découvrir le portefeuille de grands vins du monde avant les mises en marché.

Gagnant-gagnant

En s’appuyant sur l’expertise de la Place de Bordeaux, ces grands domaines internationaux, qu’ils soient italiens, californiens, australiens ou autre, s’ouvrent des horizons commerciaux inédits. “Ces domaines viennent d’abord trouver un réseau de distribution”, poursuit Jean-Quentin Prats, “puisque le négoce bordelais a cette capacité de toucher l’ensemble des marchés de la planète, mais avec une multitude de distributeurs. Pour la maison Joanne, on recensait en 2020 un millier de clients actifs dans le monde, don 300 en Chine continentale. Si l’on met bout à bout l’ensemble des maisons de la Place de Bordeaux, cela ouvre à un cru qui arrive sur la Place un éventail de plus de 10 000 distributeurs professionnels dans le monde. Cela signifie plus de visibilité, plus de rareté, plus de désirabilité, une crédibilité renforcée en se plaçant parmi les plus grands vins du monde, et bien sûr une facilité logistique considérable, sans équipe commerciale en interne”.

Pour la Place de Bordeaux, le fait d’ouvrir grand ses portes à ces prestigieuses marques internationales est d’abord une façon de consolider son statut de “lieu de référence” pour les grands vins du monde entier (pas seulement de Gironde), en améliorant constamment sa qualité de service et sa relation à ses clients. C’est aussi une piste de diversification inestimable. Mais n’est-ce pas ouvrir la voie à une concurrence redoutable pour les grands crus bordelais, au sein de leur propre fief ? “C’est l’inverse qui se produit”, modère Jean-Quentin Prats. “Auparavant, nos clients ‘regardaient ailleurs’ à certaines périodes, en raison de l’activité d’autres vignobles. Par exemple les sorties des vins de Brunello di Montalcino en janvier… Désormais les clients s’adressent à nous tout au long de l’année. Cela nous permet aussi d’avoir accès à des distributeurs spécialisés dans différentes régions du monde, et donc de toucher de nouveaux grands amateurs. Et ceux-ci deviennent potentiellement de nouveaux clients pour les vins de Bordeaux”. C’est un modèle gagnant-gagnant, en quelque sorte.

“The Place to Be”

À ce jour, Joanne Rare Wines compte une soixantaine d’étiquettes, faisant la part belle pour l’instant à la Napa Valley et à la Toscane. Mais d’autres régions montent en puissance : Chili, Argentine, Australie (voir plus haut), Piémont pour l’Italie… Cette année, un premier vin espagnol a fait son entrée : Yjar, grand rioja de Telmo Rodriguez. Tout comme un pinot noir de l’Oregon, le domaine Beaux-Frères, et un Brunello di Montalcino, Poggio Antico. D’autres grandes régions françaises sont également représentées, comme la Vallée du Rhône avec Beaucastel, et tout récemment la Champagne avec le célèbre Clos des Goisses 2012 de Philipponnat, premier champagne à faire sa mise en marché via la Place de Bordeaux. Au-delà des objectifs chiffrés, l’ambition de Joanne Rare Wines est de “devenir une société de référence, pour fournir à nos clients des domaines d’exception issus de toutes les régions du monde”, souligne Jean-Quentin Prats. Avec la sortie en fanfare de marques historiques comme Opus One, Masseto, Almaviva ou Solaia, les derniers jours l’ont bien confirmé : la Place de Bordeaux est bien “The Place to Be” pour les grands vins du monde.

Dégustation

Les superbes réussites

Promontory 2015
Napa Valley, Californie, États-Unis
720 € HT

“L’autre” propriété de Bill Harlan, l’homme du légendaire Harlan Estate. Ce vignoble confidentiel de 12 hectares est conduit par son fils, Will Harlan. Un 100% cabernet sauvignon “d’altitude”, déployant un nez insensé de fraîcheur et de finesse, mentholé, teinté de cèdre, de pierre chaude et d’herbes aromatiques. La minutie apportée dans la naissance de ce vin (54 passages pour les vendanges) se retrouve dans sa matière haute couture, suspendue, ciselée, dont le toucher de bouche ultra soyeux est énergisé par une superbe tension. La finale se déroule à l’infini. Grandiose.

Wynns Coonawara Estate – John Riddoch 2018
Coonawara, Australie
81 € HT

Un 100% cabernet sauvignon sanguin, irrigué d’une sève réglissée, juteuse et tonique. Un vin qui s’étire en élégance et en finesse, sur la longueur, les épices et une pointe de salinité. Très racé.

Seña 2019
Valle de Aconcagua, Chili
112 € HT

Pour son 25ème millésime, ce vignoble chilien initié comme une joint-venture par Eduardo Chadwick et Robert Mondavi, et désormais détenu intégralement par la famille Chadwick. Les 42 hectares sont conduits en biodynamie. Nez d’une grande fraîcheur et d’une grâce aérienne, marquée par l’eucalyptus, une vibration énergique et saignante. La bouche est sapide, tendue, magnifiquement articulée autour d’un fruit pulpeux et frais. Remarquable. Assemblage 60% Cabernet Sauvignon 21% Malbec 15% Carmenere 4% Petit Verdot.

Les grandes réussites

Inglenook Rubicon 2018
Napa Valley, Californie, Etats-Unis
141 € HT

L’un des fleurons du vignoble de Francis Ford Coppola réussit à la fois d’être très californien dans son style opulent, sexy, presque show-off, et très européen dans sa distinction, sa maîtrise, sa précision. On note tout d’abord des arômes de chocolat noir et de menthe, presque “after eight”. a bouche est dense, épicée, finement cacaotée, toujours rehaussée par cette fraîcheur mentholée qui la propulse. L’élevage en barrique de chêne français (75% bois neuf) est très bien intégré. Beaucoup de subtilité et de plénitude. Assemblage 88% cabernet sauvignon 8% merlot 3% cabernet franc 1% petit verdot.

Siepi 2019 – Castello di Fonterutoli
Toscana IGT, Italie
80 € HT

Un mariage 50% sangiovese 50% merlot pour ce vin de la famille Mazzei, au nez délicatement fumé, profond, doté d’une jolie patine et d’un élevage soigné, signé par un toasté discret. Bel équilibre entre fruit noir juteux et touche acidulée. La bouche est digeste, tonique, d’une belle allure sous la fermeté des tannins. Un vin authentique, subtil et plein, qui se déroule avec grâce, ponctué par une finale joliment lardée.

Cloudburst Cabernet Sauvignon 2018
Margaret River, Australie
173 € HT

Un vignoble de poche de 1,25 hectare, conduit avec amour – et en biodynamie – par Will Berliner. Ce Cabernet Sauvignon pimenté de 3% de Malbec est remarquable. Violette, cassis, réglisse, eucalyptus, c’est un festival aromatique qui se dévoile au nez, concrétisé par la bouche, explosive de saveur et de sensualité, veloutée, précise, élancée. C’est un bijou en quantité limitée (moins de 3000 bouteilles).

Les réussites

Joseph Phelps Vineyards – Insignia 2018
Napa Valley, Californie, Etats-Unis
189 € HT

Bel équilibre entre une grande concentration et une certaine fraîcheur, des notes anisées qui viennent soutenir un fruit noir dense, intense, capiteux et fumé. L’élevage long, 24 mois, est parfaitement intégré. La bouche est pleine, riche, combinant le mentholé et le torréfié, des tannins finement granuleux, des touches de tabac brun, de noisette grillée et de viande séchée.

Jim Barry Wines – The Armagh Shiraz 2017
Clare Valley, Australie
175 € HT

Issu d’une propriété de 3,3 hectares appartenant à la famille Barry, ce 100% Shiraz séduit par sa concentration empyreumatique où affleurent des notes d’herbes médicinales, mais aussi de thym, de tilleul, sous le cassis bien mûr. De la gourmandise, de la maturité, mais aussi de la finesse, de la délicatesse, de la race et de la complexité. La texture du vin est bien ciselée, sa trame tonique et sanguine.

Petrolo – Boggina C Riserva 2019
Val d’Arno di Sopra DOC
Prix indicatif 70 € HT

Ce 100% sangiovese, issu d’un vignoble de 5 hectares dans le Val d’Arno (Toscane) appartenant à Luca Sanjust et conseillé en partie par le célèbre œnologue Carlo Ferrini, présente beaucoup de distinction, une palette florale agrémentée d’une touche de cerise à l’eau de vie. C’est juteux, croquant, fin, très bon tout simplement ! Le vin s’étire jusqu’à une finale très rafraîchissante.

Yjar 2017
Divisa Nuestra Señora de Los Angeles de Toloño
Rioja Alavesa, Espagne
Prix indicatif 120 € HT

Fraîchement arrivé sur la Place de Bordeaux, Yjar est une pépite signée Telmo Rodriguez, l’une des stars de la viticulture espagnole. Ce dernier a isolé des parcelles dans la Rioja, sur terroirs calcaires, pour produire ce vin d’une grande profondeur et intensité, un vin sculpté, plein d’ampleur et de longueur. Grande complexité de la palette aromatique, texture enveloppante, tannins superbement brossés, beaucoup d’allonge. C’est un vin qui ne se donne pas mais qu’il faut aller chercher. Promis à une grande garde. Assemblage de tempranillo, graciano, grenache, mazuelo, granegro et grenache blanc.

Nous avons aussi aimé :
En Italie,
Caiarossa 2018, Ornellaia 2018, Solaia 2018, Poggio Antico 2016, “Concerto” 2019 de Castello di Fonterutoli, Orma 2019, “Colore” 2019 de Bibi Graetz, et le Brunello di Montalcino 2019 de Podere Giodo. Aux Etats-Unis, Maya 2018 de Dalle Valle Vineyards (Napa Valley). En Argentine, Nicolas Catena Zapata 2018 (Mendoza).