Quelle affiche ! Bordeaux Tasting accueillait ce matin sa quatrième master class, consacrée aux Grands Crus classés de Saint-Émilion et leur « mosaïque de terroirs », avec un casting à faire pâlir les amateurs de merlot.

40 kilomètres séparent Saint-Émilion de Bordeaux. Mais ce matin, le temps d’une master class exceptionnel, la mythique appellation bordelaise a posé ses vignes et ses châteaux au deuxième étage du palais de la Bourse. 5 étiquettes prestigieuses se partageaient l’affiche : château Dassault, château Grand Corbin-Despagne, Clos des Jacobins, château Franc Mayne et château Bellevue. Un casting séduisant, emmené par François Despagne, président de l’Association des Grands Crus Classés de Saint-Émilion. Sous la houlette de Mathieu Doumenge, grand reporter chez Terre de Vins (et grand spécialiste de la rive droite de Bordeaux) et Serge Dubs, Meilleur sommelier du monde, les heureux amateurs présents ont arpenté une heure durant le fabuleux terroir de Saint-Émilion.

Revenir aux fondamentaux

Le classement des vins de Saint-Émilion a vu le jour en 1955, un siècle après le célèbre classement médocain. Il s’agit d’un classement révisable, qui connaîtra sa nouvelle édition en 2022 (la précédente remonte à 2012). Parmi les 82 grands crus classés qui le composent, 62 se sont fédérés dans une démarche promotionnelle dans l’Association des Grands Crus Classés de Saint-Émilion, dont François Despagne (également propriétaire du château Grand Corbin Despagne) est le président depuis trois ans. Un rôle qui lui va à merveille, tant il raconte avec passion et expertise ce vignoble aux sols argileux, sur lesquels s’épanouit le merlot, cajolé par quelques grands groupes mais surtout par de petites propriétés familiales. Le cap qu’il a fixé pour l’association : « Revenir un peu plus aux fondamentaux et à nos consommateurs français. Il faut être prophète dans son pays. » Cette master classe en est un parfait exemple.

C’est le millésime 2018 qui a été choisi pour « relier » entre eux les cinq vins qui seront dégustés. « Il fait partie des grands millésimes solaires de l’appellation, rappelle François Despagne. Il a beaucoup plu, mais pas au moment de la fleur ce qui permet de faire de grands millésimes. Puis un été chaud a permis de concentrer les raisins pour donner des raisins riches. Je suis très enthousiaste sur ce millésime. Un grand bordeaux, puissant et riche. »

Des éloges que la dégustation commentée de Serge Dubs confirmera sans peine.

Château Dassault 2018 (73 % merlot, 22 % cabernet franc, 5 % cabernet sauvignon)
« Une propriété de 24 hectares sur sol argileux et sablo-siliceux reprise en 1955 et qui a beaucoup investi, avec notamment un nouveau chai » rappelle François Despagne. Pour Serge Dubs, « c’est un vin qui vit, qui bouge, avec une belle densité. On voit une brillance de jeunesse. Le nez est propre (fruits rouges, mûre, quetsche, arômes épicés) mais pas trop marqué par le bois. Il est très raffiné mais encore en pleine jeunesse. La bouche me surprend de façon exceptionnelle. Il a de la tenue, il n’est pas lourd, avec une trame tannique bien maîtrisée. Dans mon restaurant, je le servirais sur une entrecôte ou une côte de bœuf, avec des champignons et des pommes rissolées. Ou avec un perdreau aux fruits secs. »

Château Grand Corbin Despagne 2018 (75 % merlot, 24 % cabernet franc, 1 % sauvignon)
François Despagne voulait être « prophète en son pays », le voilà servi puisqu’il se retrouve à présenter son propre vin (hasard de la sélection). « Nous sommes sur des sols d’argiles bleues, ou crasse de fer, qui donne des vins assez typés Pomerol. L’argile est une éponge remarquable, qui emmagasine l’eau, c’est une réserve exceptionnelle. S’il n’y a pas cette capacité de rétention d’eau, le merlot cuit. Notre travail de vignerons, c’est de creuser pour que les racines puisent l’eau contenue dans cette argile. » Interrogé sur la conduite en bio de son vignoble (depuis 22 ans), François Despagne concède que « le bio est assez compliqué. Pour être en bio, il faut sentir les vignes. C’est beaucoup de stress, mais pour moi c’est un mouvement fort : on redevient des vignerons, on fait attention à tout. Il faut être réactif, il n’y a pas de samedi et de dimanche. Rappelons également que Saint-Émilion est la première appellation qui obligera une certification environnementale en 2023. Aujourd’hui, 65 % des crus sont dans une démarche environnementale (SME, HVE, bio, etc.) et 20 % sont en conversion ou certifiés. »
Côté vin, ce Grand Corbin Despagne 2018 aura tapé dans l’œil et le palais de Serge Dubs : « Ce vin m’épate visuellement. On voit des tanins intégrés, une belle brillance. On est sur le fruit, avec un côté cristallin du bouquet. Un nez cassis mais jamais masqué par le boisé. En bouche, c’est une demoiselle élégante, charnue mais pas trop. L’acidité est maîtrisée, les raisins ont mûri avec beaucoup de respect. Je serais ravi de pouvoir le boire maintenant, par exemple sur une lotte rôtie au four avec une sauce vin rouge et des épinards. »

Clos des Jacobins 2018 (80 % merlot, 18 % cabernet franc, 2 % cabernet sauvignon)
« On revient vers le centre de Saint-Émilion. Une propriété sur des zones argilo-calcaires, rachetée par la famille Decoster, conseillée par Hubert de Bouärd, et qui a réalisé beaucoup de travaux depuis 20 ans » précise notre guide François Despagne. Un vin qui impressionne Serge Dubs par «  sa signature du merlot, gras, rond, tendre. Une générosité qui nous ramène vers des malbecs internationaux, sans le défaut capiteux. Une belle densité de robe avec une petite pointe d’évolution. En bouche, on a un vin riche, charpenté, à la trame tannique qui laisse préjuger une garde très positive. C’est un vin intelligent, bien maîtrisé, un très beau travail au chai et un certain art de la signature. Dans 5 ou 10 ans, ce sera très beau. On peut le boire avec un gibier, par exemple un chevreuil sauce grand veneur ou alors un rouget saisi avec des épices marocaines. »

Château Franc Mayne 2018 (90 % merlot, 10 % cabernet franc)
« Une propriété qui appartient depuis 2018 à la famille Savare. Réputé pour son coté calcaire qui donne cette tension. On voit bien la signature de ce terroir calcaire sur roche calcaire » explique François Despagne. Ce que confirme Serge Dubs : « C’est un terroir avec une signature bien précise. Il a une couleur moins dense mais très jolie, raffinée. Son bouquet sort facilement du verre, avec une largeur d’arômes, une typicité qui me plaît. Il a une bouche élégante, délicate, avec une trame tannique qui se ressert en fin de bouche. C’est le vin qui a le moins de puissance, mais qui se goûte bien. On peut le garder et le servir avec un canard et ses pommes de terre. »

Château Bellevue (100 % merlot)
« C’est une petite propriété (6,82 ha) située sur un magnifique terroir calcaire. Elle est conduite par les équipes d’Angélus. » Et pour Serge Dubs, c’est surtout « la vraie signature Saint-Émilion. Un vin excellent dans sa présentation générale, avec une belle présentation visuelle, une brillance remarquable, des tanins très bien intégrés. Le nez est flatteur. En bouche, c’est un vin charnu, sans lourdeur, complet, avec une fin de bouche qui appelle à boire. Avec une côtelette de pigeonneau farcie au foie gras, on pourrait se laisse aller. » Ne vous gênez surtout pas pour nous, Serge !

Et le millésime 2021 ?
2021 a été particulièrement éprouvante pour les viticulteurs du Bordelais. Et si Saint-Émilion n’a pas été le vignoble le plus touché, François Despagne confirme que « ce millésime 2021 a été très difficile. On a d’abord eu un gel qui a duré longtemps, 15 jours. On ne vit plus la nuit pendant le mois d’avril, on est en alerte, il faut se lever pour installer nos systèmes de protection. On a ensuite eu beaucoup de pluie et un été pas très flamboyant. On a perdu beaucoup de récolte, mais finalement le résultat est plutôt satisfaisant. On reste optimiste. On aura moins d’alcool et plus de fraîcheur. Un peu comme le 2014. »