Le champagne Leclerc Briant accueille dans sa Villa des trois clochers à Villers-Allerand le tournage du prochain film de Nicolas Vanier, l’histoire d’une bande de copains qui se retrouve pour un weekend chez une amie vigneronne. Le casting réunit Elsa Zylberstein, François-Xavier Demaison, Stéphane de Groodt… Le directeur général du domaine, Frédéric Zeimett, a accepté de nous en dire plus sur ce lieu magnifique qui complètera bientôt l’offre d’hospitality à côté de l’adresse mythique “25 bis by Leclerc Briant”.

Pouvez-vous en quelques mots nous raconter l’histoire de cette maison ?
La villa a été bâtie par Max Sainseaulieu, un architecte qui a marqué l’histoire en sauvant le statuaire de la Cathédrale de Reims pendant la Première Guerre et en construisant la bibliothèque Carnegie. Il a bâti cette maison pour lui. À l’époque, la ville était chauffée au charbon et la bourgeoisie rémoise aimait se réfugier sur les hauteurs à Villers-Allerand où elle prenait l’air le weekend. Comme c’était sa villa, il s’est amusé, c’est un caprice d’architecte, il y a des demis étages etc. Il avait beaucoup d’enfants, on trouve donc de nombreuses petites chambres ici et là, on sent qu’il y a eu beaucoup de vie !

Qu’est-ce qui a motivé Leclerc Briant à réaliser cette acquisition ?
Nous l’avions d’abord achetée pour ses vignes autour. Nous étions en concurrence avec un vigneron qui voulait faire tomber la maison parce que le parc est en appellation. La propriétaire, Françoise Lièjent, était heureuse de voir que nous souhaitions pour notre part conserver la villa. Au milieu du parc, il y a un endroit précis où on voit à la fois les clochers de l’Église de Rilly-la-Montagne, de la Cathédrale de Reims et de Villers-Allerand. Mme Lièjent m’a amené là en me disant : « le matin, quand je n’ai pas le moral, je viens ici, je regarde deux minutes mes trois clochers et je rentre chez moi apaisée, je suis repartie pour la journée. » L’histoire était si belle que nous avons baptisé la maison « villa des trois clochers ». Tout autour, nous avons un hectare quarante de vignes certifié bio et biodynamique. Une quarantaine d’ares qui forme une extension du jardin est entourée d’une haie vive et constitue le « Clos des Trois Clochers », une cuvée que nous avons créée en 2014. C’est intéressant d’avoir cette parcelle de chardonnays qui fait un peu de résistance à Villers-Allerand, un village d’abord planté en meunier et en pinot noir.

Comment l’équipe du film a-t-elle repéré la maison ?
En septembre de l’année dernière, je reçois un coup de téléphone de quelqu’un qui se présente en disant : “bonjour, je m’appelle Jules César, mais appelez-moi Jules.” C’est un peu étonnant comme entrée en matière. César était son nom de famille. Ce Monsieur était le producteur en second de Nicolas Vanier ! Il cherchait un lieu isolé au milieu des vignes qui ait du caractère. Il avait identifié avec Google Earth quatre propriétés entre Reims et Épernay. Il est venu le lendemain, il a dit : « c’est celle-là ! Elle répond à tous les critères, je n’en veux pas d’autres. » Un peu comme le doigt de Dieu qui se pose sur la carte. La Maison avait un avantage de taille : en attente de travaux, elle était vide. Il n’allait pas se retrouver pendant le tournage avec un propriétaire sourcilleux qui l’embêterait à chaque trace de pas sur les tapis.

Ils ont nettoyé la maison de fond en comble, transformé la mare à grenouille en piscine, mis un bar paillotte. À l’intérieur de la villa, ils ont abattu une cloison qui n’était pas d’origine, et tout transformé avec goût ! L’équipe a un talent et un sens du détail incroyable. Rien ne les arrête. Par exemple, il y a un papier peint vieux de cinquante ans à ramage dans le hall, on dirait presque une tapisserie d’Aubusson, mais il était abîmé par endroits. Ils en ont découpé un bout qu’ils ont scanné et ils l’ont fait refaire ! Ils ont fait la tournée des brocanteurs de la région pour retrouver des jouets des années 1960 avec lesquels Elsa Zylberstein aurait pu jouer dans sa jeunesse. Ils ont même poussé le vice jusqu’à mettre du courrier dans l’entrée au nom du personnage principal.

La Maison est aujourd’hui superbe, il y aura d’ailleurs des choses que l’on gardera comme le très beau plancher qu’ils ont monté sur le belvédère qui surplombe les vignes. Il donne l’impression d’être là depuis cinquante ans. Dans la villa, nous conserverons une ou deux pièces pour rappeler l’atmosphère du film et cette aventure qui aura vu une équipe d’une centaine de personnes envahir les lieux pendants dix semaines. Je profite de cette impulsion donnée pour encourager mes actionnaires américains à attaquer tout de suite derrière la rénovation complète. Nicolas Vanier a pu réunir ses acteurs il y a un mois et demi pour une première prise de possession du lieu. Chacun a déclamé son rôle avec son script directement dans la villa pour vraiment s’imprégner de l’ambiance avant le début du tournage, c’était assez sympa !

Clos des Trois Clochers : 140 € – www.leclercbriant.fr