La devise du Domaine Henri Giraud (250 000 bouteilles) rappelée par Claude : « Ne rien s’interdire,  ne s’obliger à rien,  faire du bon vin naturellement ». Naturellement étant employé ici comme « par nature ».
La devise du Domaine Henri Giraud (250 000 bouteilles) rappelée par Claude : « Ne rien s’interdire, ne s’obliger à rien, faire du bon vin naturellement ». Naturellement étant employé ici comme « par nature ».

Le champagne Henri Giraud ne vinifiera plus en cuve inox, mais 100% en fûts de chêne d’Argonne ou terre cuite. Le choix assumé de « la liberté, la curiosité, l’innovation et l’exigence », annonce Claude Giraud. Une décision qui traduit aussi 20 années de travail et de complicité avec ces terroirs forestiers.

Les professionnels, invités par Claude Giraud à la dégustation des vins clairs 2015 en fûts d’Argonne, savaient que ce rendez-vous, durant le « Printemps des Champagnes » allait confirmer l’abandon définitif des vinifications en cuve inox. Ce domaine d’Aÿ (grand cru) qui brille par ses champagnes 100% vinifiés et élevés en fût, suit une logique à l‘image du dirigeant : entière, sincère. Dans la lignée du travail pointu reconnu dans le monde.

180 tonneliers à Florent-en-Argonne (Marne) en 1885

A partir de la vendange 2016, tous les jus seront vinifiés en fûts de chêne de la forêt d’Argonne ou en terre cuite. L’Argonne, ce magnifique tapis vert, 50 000 hectares déroulés sur les départements Marne, Meuse et Ardennes, avec pour capitale Sainte-Ménehould. Un terroir de chênes longtemps utilisés pour l’élevage des plus grands vins du monde.

En octobre 2013, Claude Giraud et son partenaire l’ONF rappelaient les chênes d’Argonne, leurs terroirs et le sous-sol de gaize au bon souvenir d’autrefois, lorsque la forêt nourrissait et servait les vignerons. Lorsque Florent-en-Argonne comptait ainsi 180 tonneliers en 1885 sur 991 habitants… C’était avant la Grande Guerre puis l’avènement de la cuve béton.

15 200 chênes plantés de 2013 à 2018

En 2013 donc, les partenaires lançaient l’opération « Pour des siècles et des siècles, ARGONNE ». Chaque achat d’une bouteille de la cuvée Argonne finançait un nouveau chêne de 2 ans et l’accompagnement vital dont il a besoin durant 5 années. Deux mois plus tard, 7700 chênes étaient plantés.

Et ce n’est pas terminé puisque l’ONF Marne-Aube et le Champagne Henri Giraud renouvellent leur partenariat pour trois années (2016-2018). L’ONF s’engage à poursuivre la campagne de plantation de chênes en forêt domaniale des Hauts-Bâtis (7500 chênes et leur entretien 3 ans) à mener des actions de débardage à cheval participant au maintien de l’emploi local et au maintien des sols ; et à poursuivre la réhabilitation d’un sentier pédagogique en forêt de Châtrices.
De son côté, le Champagne Henri Giraud s’engage à financer ces trois actions pour une somme de 15.000 € chaque année.

Lecture vins clairs – champagnes sous le signe de l’innovation (encore)

Chaque année, « L’Atelier Giraud » réunit des experts internationaux pour « comprendre l’impact des différents terroirs et de la composition géologique du sol de la forêt d’Argonne sur le goût et la texture des vins ». Pour cette 6e édition (les 17 et 18 avril 2016) le domaine innovait encore. Sébastien Le Golvet, responsable vignes et vins, présentait à la dégustation des vins clairs 2015 mais aussi des bulles en lien direct (terroir, arômes, perceptions). Le tout accompagné d’amuse-bouches harmonieux commentés par Geoffrey Orban. Une façon d’allier le travail à cette convivialité maison si caractéristique (et qui n’exclut pas la rigueur).

Vin clair / Cuvée Esprit – Vin clair assemblage 2015 (70 % pinot noir, 30 % chardonnay). Parfums et arômes de coing, pomme cuite, épices, pâte d’ananas, réglisse, groseille, beurre chaud et quelques amers. Rondeur et chaleur. Bulles (Montagne de Reims et Aÿ grand cru, vins de 4 ans) riches et fruitées sur le coing, la réglisse, les amers minéraux. Bouche gourmande sur la compote de pomme, la gelée de coing, une note vanillée. Une cuvée sur la générosité et la convivialité. Alliance : cane fumée aux airelles.

Vin clair / Cuvée Hommage – Vin clair 100 % pinot noir d’Aÿ. Nez ouvert : poire, réglisse, légère torréfaction, chocolat et menthe. Bouche ronde, sur la finesse, arômes de caramel au beurre, équilibre puis vivacité. Bulles 70 % pinot noir et 30 % chardonnay d’Aÿ (base 2012 et 30 % vins de réserve N -1). Elevage en fûts de 1 à 4 vins. Nez sur la poire, la menthe et le chocolat, bouche sur les épices douces et la craie. Un flacon « porte d’accès aux grandes cuvées Giraud », résume le chef de cave, « L’entrée côté terroir ». Alliance : filet de veau crème de curry.

Vin clair / Cuvée Code Noir – Vin clair 100 % pinot noir d’Aÿ. Fûts d’Argonne de la forêt de Châtrices (1 vin) et des Hauts-Bâtis (3 vins). Epaule et fraîcheur. Nez sur les huiles essentielles, l’ananas rôti, le chocolat. Bouche puissante (craie, mine de crayon, graphite puis pêche de vigne, fraise, menthe). Puissance, fraîcheur et élégance retrouvées dans les bulles (100 % pinot noir d’Aÿ, 40 % vins de réserve). Nez sur l’anis étoilé, l’After Eight, le biscuit de Reims. Bouche d’une longueur impressionnante (craie, fruits noirs, salinité). « L’élégance dans la puissance et la porte d’entrée gastronomique » comme le revendique la Maison. Alliance : jambon ibérique et mousse de violette.

Vin clair / Cuvée MV09 –
Vin clair 100 % pinot noir d’Aÿ. Assemblage de 2 fûts (1 neuf sur La Contrôlerie ; 1 de deux vins sur Châtrices). Pralin, mirabelle et mandarine mûres, abricot cuit. Craie, fraîcheur, chaleur et salinité en bouche. Bulles 2009 pour 70 %, méthode solera pour 30 %. Assemblage 75 % pinot noir et 25 % chardonnay. Nez précis et minéral (zeste d’orange, sous-bois, marmelade à la fraise, épices orientales, craie). Bouche alliant acidité, gras, matière et salinité. Une cuvée présentée comme « L’âme de la Maison », la carte d’identité du terroir d’Aÿ « qui porte vers l’excellence, grâce à la forêt d’Argonne ». Impressionnant avec une Saint-Jacques à la feuille d’huître.

Des cuvées emblématiques auxquelles s’ajoute (comment l’oublier) l’exceptionnelle Argonne 2004.

A partir de la vendange 2016, tous les jus Giraud seront vinifiés en fûts de chêne de la forêt d’Argonne ou en terre cuite (photo David Eley)