Chaque année, les amateurs sont fidèles au rendez-vous. Hier soir, ils étaient plus de 700 au Palais de la Bourse de Bordeaux venus à la rencontre de la quarantaine de propriétés de l’appellation, réunies pour faire découvrir leurs vins.

Dès l’ouverture des portes du Palais de la Bourse, les amateurs étaient déjà nombreux pour venir profiter de cette belle et grande dégustation de Saint-Estèphe. Cinq Grands crus classés, seize Crus bourgeois, et des pépites de l’appellation Saint-Estèphe. Différents mais à l’unisson, ils étaient tous là ensemble hier soir pour venir faire partager leur passion au contact direct des amateurs, et leur faire découvrir leur millésime 2015 et un autre millésime à leur libre choix.

« Nous sommes tous membres d’une seule et grande famille. C’est la 5e édition de cette dégustation et chaque fois nous sommes de plus en plus nombreux à participer. Cela témoigne d’une bonne dynamique de l’appellation » se réjouissait hier soir le président de l’appellation, Bernard Audoy, présent avec ses deux propriétés, château Cos Labory et château Andron Blanquet. Il faut dire que cette manifestation est une formidable opportunité pour l’appellation de communiquer non-loin de ses terres. « On voyage à l’étranger, Saint-Estèphe est connue en France, mais il ne faut surtout pas oublier de garder le contact avec le public bordelais, le plus proche de nous. »

Très prisés grands crus classés

Parmi les propriétés présentes, les cinq crus classés de la soirée ont une nouvelle fois suscité l’intérêt des dégustateurs. Château Montrose, château Cos Labory, château Cos d’Estournel, château Calon-Ségur, château Lafon-Rochet… comme chaque année, leurs tables étaient prises d’assaut à peine la soirée commencée. « Les Grands crus classés jouent un rôle de locomotive. Pour faire parler de l’appellation, c’est bien d’être tous présents » explique Sophie Marc du château Calon-Ségur. C’est aussi une façon pour ces prestigieux noms de se rendre plus accessibles et de se faire connaître d’un large public d’amateurs avisés. « Avec ce type de soirée, nous sommes plus proches des Bordelais qui ne connaissent pas toujours les grands crus classés du Médoc. Le temps d’une soirée, le Palais de la Bourse, c’est chez nous et c’est chez eux ! »

Fidèles toujours

Parmi les propriétés qui témoignent une confiance réitérée à l’événement, certaines sont présentes depuis la toute première édition de l’événement, comme par exemple le château Meyney, propriété de CA Grands Crus, filiale du Crédit Agricole. « Saint-Estèphe est une peu loin de Bordeaux, on doit faire cet effort de se rapprocher. Meyney se visite peu, c’est à nous de faire cette action d’aller vers le consommateur. Tout le monde est là, y compris ceux qu’on voit rarement, comme Montrose ou Calon-Ségur. Bernard Audoy est un vrai rassembleur pour l’appellation. Il insuffle un esprit de partage et de convivialité » constate la directrice Anne Le Naour. Et le public ne s’y trompe pas. « Le public est réceptif et très connaisseur, avec des amateurs de tous les âges et tous les milieux. De nombreux dégustateurs reviennent année après année. C’est exactement pour créer ce lien qu’on fait du vin ! »

D’autres propriétés ont fait leur entrée l’an dernier et sont de retour avec entrain pour une nouvelle édition, à l’image du château Vieux Coutelin, propriété de l’homme d’affaires belge Chris Cardon. « Etre là, pour nous, c’est une évidence ! affirme Violaine Labauge, directrice marketing et communication de la propriété. Après Bordeaux Tasting, c’est la seconde grand-messe de l’année. C’est un moment unique où nous sommes tous réunis dans une forme de communion. » Elle se réjouit elle aussi de la réceptivité du public bordelais et des riches échanges engagés au fil de la soirée. « Cette proximité avec le public local d’amateurs, dont de nombreux jeunes, est appréciable. Ils sont intéressés, posent beaucoup de questions. Cette rencontre en chair et en os est le prolongement de notre travail sur l’œnotourisme pour créer du lien, et de notre présence sur les réseaux sociaux. »

Nouveaux enthousiastes

Participant pour la toute première fois, Corinne et Jean-François Druesne, du château Tercesne, petit poucet de cette dégustation avec son vignoble de 34 ares, ne cachaient pas leur enthousiasme. « Au départ, les gens vont spontanément vers les grands châteaux. Mais une fois qu’ils passent nous voir, ils sont intéressés par notre histoire, une histoire familiale, de passion, un rêve devenu réalité, expose Corinne Druesne. Les dégustateurs sont réceptifs, l’organisation super et le cadre top ! »

Rendez-vous en 2019 pour une 6e édition sous le signe de la qualité, et de la convivialité toujours !