Accueil Enchères : les Hospices de Nuits vers un nouveau record

Enchères : les Hospices de Nuits vers un nouveau record

Auteur

Laurent
Gotti

Date

10.03.2016

Partager

La 55ème vente aux enchères des Hospices de Nuits-Saint-Georges se tient le 20 mars prochain au Château du Clos Vougeot. Le remarquable millésime 2015 devrait susciter la convoitise des acheteurs.

L’année dernière, l’ampleur de la hausse avait surpris : près de 30%. Les Hospices de Nuits dépassaient la barre du million d’euros de chiffre d’affaires (1 050 700 €), battant de loin leur record dans ce domaine. Il y a toutes les chances que ce dernier soit effacé dès le 20 mars prochain. D’une part parce que la récolte n’est pas pléthorique, accentuant les rivalités entre acheteurs potentiels, mais surtout parce qu’elle porte la marque du millésime 2015

« Déjà pendant les vendanges les caisses de raisins sentaient bon », se souvient Jean-Marc Moron, régisseur du domaine. 2015 a donné de belles grappes, bien mûres… Toutes les cuvées affichaient plus de 13 degrés potentiels, avec une pointe à 14, 5. La véritable gageure était dans la préservation de l’élégance, de la finesse, de la fraîcheur du pinot noir. Objectif atteint sur la plupart des cuvées : la plupart d’entre elles sont d’une précision remarquable. « Il n’y pas eu besoin de chaptaliser ou d’acidifier, poursuit le régisseur. Le tri a été négligeable : pas de raisins secs ou figués à écarter. Les vignes ont souffert de stress hydrique à la mi-juillet au moment de la véraison mais les pluies de début août ont débloqué la situation. C’est allé très vite ensuite ».

Au final 123 pièces (fût de 228 litres) seront en vente (contre 134 l’an dernier). Cette vente 2016 sera présidée par l’acteur Frédéric Diefenthal et la pièce de charité vendue au profit de l’association « Un pas vers la vie » qui vient en aide aux parents d’enfants autistes.

Parmi les 18 cuvées dégustées voici notre trio de tête :

Nuits-saint-georges premier cru Les Saint Georges cuvée « Georges Faiveley »
Ce Saint-Georges dégage une forme de plénitude, d’harmonie, qui en fait le souverain de la cave. Le plus étonnant, sur ce millésime, est peut-être sa grande vigueur. Elle soutient l’ensemble et lui donne un surcroit d’éclat. Seul bémol : la production limitée.

Nuits-saint-georges premier cru Les Boudots cuvée « M. de Boisseaux »
On a retrouvé la grande classe des Boudots des Hospices de Nuits. A la peine lors des deux derniers millésimes, cette cuvée est un vrai coup de cœur cette année. Des notes toastées s’associent avec bonheur et générosité au caractère floral que l’on rencontre souvent sur ce terroir. Elégance, finesse et profondeur.

Nuits-saint-georges premier cru Les Didiers cuvée « Fagon »
C’est la cuvée vieilles vignes (plus de 60 ans) des Didiers, un climat exploité en monopole par les Hospices de Nuits. Ce n’est pas tant l’âge de la vigne qu’il faut invoquer ici mais la capacité de celle-ci à donner de petites grappes de pinot noir. Une finesse qui « déteint » immanquablement sur la texture veloutée, riche, mais aussi puissante du vin.