Jérôme Estève (Photo Olivier Maynard)
Jérôme Estève (Photo Olivier Maynard)

Avec une aire d’appellation de 44 000 hectares, dont 11 500 plantés en vigne, les Corbières sont AOC depuis 1985. Identités et culture de la vigne sur le temps long ont mené à une identification de terroirs précoce, aujourd’hui en quête de reconnaissance officielle de crus communaux. On parlera en réalité de « dénomination géographique complémentaire » (DGC). 4 DGC sont actuellement en cours de reconnaissance : Corbières-Durban, Corbières-Maritimes, Terrasses-de-Lézignan, Terrasses-de-Lagrasse. Présentation à travers six domaines qui nous ont ouvert leurs portes pour une Escapade tirée de notre hors-série Sud.

Épisode 2/6 : Château Montfin

Corbières-Maritimes : les étangs pour terroir
« Nous avons commencé plus tard que les autres ! » s’excuse presque Jérôme Estève, qui porte le projet du cru Corbières-Maritimes, « mais les vignerons de Peyriac ont l’habitude de travailler ensemble, sur des opérations œnotouristiques notamment. Ils forment le noyau dur de la demande de DGC, et, sous leur impulsion, la reconnaissance des spécificités de la partie maritime des Corbières est en bonne voie. »
Les dix domaines du collectif sont tous en bio ou en conversion (on peut citer notamment le domaine du Phénix, le domaine de l’Abbaye Sainte-Eugénie, les Clos Perdus, le domaine des Deux Ânes, le Château Fabre Cordon, le Château de l’Ille… et la coopérative de Rocbère, qui soutient également le projet, avec Benjamin Devaux, vigneron et adhérent à la cave.
Un travail d’identification géologique a permis de délimiter une première zone comprise entre Narbonne, au nord, et les falaises de Roquefort-des-Corbières, au sud. À l’est, les étangs et, à l’ouest, le massif de Fontfroide finissent de définir cet écrin naturel. Cette délimitation s’appuie sur la géologie, avec une intéressante diversité des sols d’origine lacustre (calcaires, marnes, gypse…) et la proximité des étangs, qui fait la particularité climatique de cette zone.
« Au-delà de Peyriac, le collectif des vignerons souhaite désormais échanger avec les producteurs du secteur, qui comprend les communes de Bages, Portel-des-Corbières, Sigean et Roquefort-des-Corbières, pour avoir une approche plus fine du zonage et commencer à rédiger les particularités du cahier des charges de cette future dénomination géographique complémentaire. »
Éclatant de fraîcheur sur les vins rouges, le terroir lacustre donne tout sur les blancs et notamment dans la cuvée Saint-Jacques du château Montfin 2018 (15,50 €), assemblage de roussanne (65 %) et de grenache blanc (35 %), à la fois enrobant et iodé pour un accord sur des noix de saint-jacques (justement) en habit de lard fumé.
11440 Peyriac-de-Mer
04 68 41 93 30 – Site internet

Épisode 1/6 : Château Gléon