Philippe Montanié (Photo Olivier Maynard)
Philippe Montanié (Photo Olivier Maynard)

Avec une aire d’appellation de 44 000 hectares, dont 11 500 plantés en vigne, les Corbières sont AOC depuis 1985. Identités et culture de la vigne sur le temps long ont mené à une identification de terroirs précoce, aujourd’hui en quête de reconnaissance officielle de crus communaux. On parlera en réalité de « dénomination géographique complémentaire » (DGC). 4 DGC sont actuellement en cours de reconnaissance : Corbières-Durban, Corbières-Maritimes, Terrasses-de-Lézignan, Terrasses-de-Lagrasse. Présentation à travers six domaines qui nous ont ouvert leurs portes pour une Escapade tirée de notre hors-série Sud.

Épisode 1/6 : Château Gléon

Corbières-Durban : dernière ligne droite
Autour du village de Durban bat le cœur des hautes Corbières. Sur la route des châteaux cathares, on arrive du nord en passant le tunnel de Ripaud, et, d’un coup, le paysage et la végétation changent. Sous le patronage du mont Saint-Victor, la nature est plus rude, le climat aride se lit dans la végétation de chênes kermès rabougris, de genêts scorpions, de genévriers et de cades aux senteurs magiques.
Bordé par les deux chapitres de l’appellation Fitou, ce territoire couvre les communes de Durban, Villesèque, Saint-Jean-de-Barrou, Embres-et-Castelmaure et Fraissé-des-Corbières. Le projet de passage en cru Corbières-Durban s’appuie sur le passé de qualité des vins des hautes Corbières, qui avaient déjà fait l’objet d’études de terroir. Les caves coopératives sont tout autant impliquées que les vignerons indépendants, et en particulier la cave d’Embres-et-Castelmaure, indéfectible fer de lance de la révolution qualitative du Languedoc depuis trente ans. Le projet est bien avancé, précise son porteur, Philippe Montanié, du château Gléon : « Le cahier des charges est validé, pour la vigne et pour la cave ; il prévoit un assemblage majoritaire de carignan, grenache, syrah, éventuellement complété de cinsault et de mourvèdre minoritaires. L’aire géographique est délimitée et les vignerons attendent la visite des inspecteurs de l’Inao en septembre pour préciser le parcellaire. Il faudra aussi prévoir une extension de l’aire de vinification pour les coopératives des Maîtres Vignerons de Cascastel et de Mont-Tauch, qui ont des adhérents dans l’aire Corbières-Durban et s’engagent avec nous dans la démarche. »
Au château Gléon, les Hautes Serres 2016 (17,40 €) se distinguent par leur finesse de tanins et leur générosité de fruit, assemblage de syrah (60 %), de carignan (30 %) complété de grenache et mourvèdre.
11360 Villesèque-des-Corbières
04 68 48 28 25 – Site internet