(photo : Michaël Boudot)
(photo : Michaël Boudot)

Plus haut et plus étendu des satellites de Saint-Émilion, l’appellation de la rive droite de Bordeaux – perchée sur le point culminant du Libournais à 114 mètres d’altitude – affirme et confirme, à la veille du centenaire de sa reconnaissance en 2022, son statut de pépite aux excellents rapports qualité-prix. Découverte en 6 étapes, extraites du Terre de vins n°66.

Épisode 4 : Château Roc de Calon

Montagne-Saint-Émilion dans le sang
Dire que Bernard Laydis est viscéralement enraciné à Montagne-Saint-Émilion n’est pas peu dire. Ancien président de l’appellation dix ans durant, l’exploitant du château Roc de Calon, par ailleurs pharmacien hors des vignes, célébrera avec les siens les cent ans du domaine familial en 2022. Depuis les premiers hectares de la butte de Calon, acquis en 1922, en passant par les agrandissements successifs ou le nouveau chai inauguré au début des années 80 – « un des plus beaux de l’appellation à l’époque » –, la famille Laydis a patiemment écrit son succès. Aujourd’hui, le domaine compte 21 hectares d’un seul tenant, de sa butte originelle jusqu’aux confins de l’appellation Lalande-de-Pomerol, et une diversité de microterroirs, argilo-calcaires et sables profonds, plantés en merlot, cabernets et malbec, dont Bernard Laydis prend soin en lutte raisonnée depuis vingt-cinq ans. « Je suis cohérent, je limite au minimum l’usage et les quantités de produits chimiques, avec l’envie de protéger l’avenir, mais sans prendre de risques inconsidérés pour les vins. » Persuadé que la qualité est « la seule chose qui démarquera Montagne-Saint-Émilion, appellation encore sous-estimée mais pourtant la plus homogène parmi les satellites », Bernard Laydis continue à son échelle les investissements pour sublimer son terroir. Un chantier titanesque s’engage pour rénover le chai d’ici à 2022. Ce nouvel outil, mieux adapté au parcellaire et au changement climatique, devrait permettre au vigneron de jouer avec encore plus de précision son rôle « d’artisan de la matière, créateur de vins plus sur la finesse que sur le bodybuilding, faits avant tout pour donner du plaisir ». Dans un style classique, l’élégant Château Roc de Calon 2016 offre un nez gourmand entre cerises kirschées et épices, et une bouche ample et caressante sur les fruits mûrs, pour accompagner gibiers, viandes rouges, fromages, chocolat (12 €). Haut de gamme en édition limitée à 3 000 bouteilles, Écrin 2015, assemblage 90 % merlot et 10 % cabernet sauvignon intégralement vinifié en fûts de chêne, dévoile une matière très concentrée doublée d’un fruit plaisant (25 €). « Un petit bijou » à sublimer par un fondant au chocolat ou une soupe de fraises pour jouer la carte de la fraîcheur. À retrouver à la propriété lors d’une visite-dégustation sur rendez-vous, ou sur la boutique en ligne.
CHÂTEAU ROC DE CALON – 33570 MONTAGNE
05 57 74 63 99 – Site internet

Épisode 1 : Château Franc Baudron
Épisode 2 : Château Croix Beauséjour
Épisode 3 : Château Clos de Boüard