(photo archives Sud-Ouest)
(photo archives Sud-Ouest)

Encore une fois, le Médoc n’est pas un et indivisible face au gel. Les terroirs proches de l’estuaire ont échappé au drame. Ce n’est pas la même musique au fur et à mesure que l’on entre dans les terres. Des propriétés du côté de Saint-Julien, Margaux et Listrac ont été touchées. Et la nuit prochaine s’annonce encore rude.

RAS du côté de Saint-Estèphe où le thermomètre est à peine descendu vers les 2 ou 3 degrés au-dessus de zéro. Ici, le gel n’est pas un sujet. Un peu plus bas, du côté de Pauillac, on semble avoir été également épargné. « Sur notre cru, on reste serein car la température la plus basse enregistrée au cœur de la nuit fut de 1,5 degré, l’effet rivière a beaucoup joué et le fait que le temps est très sec depuis plusieurs jours a permis de ne pas trop avoir d’humidité résiduelle », souligne Nicolas Glumineau, directeur général de Pichon Comtesse.

En allant vers le sud, au petit matin de ce 7 avril, on voyait davantage de bougies et d’éoliennes dans les vignobles. Sur la partie ouest de l’appellation de Saint-Julien, on déplore déjà des dégâts. « Nous avons été touchés, bien touchés. Les merlots ont dérouillé, ceux qui en étaient à la troisième feuille. Nous sommes descendus à -3. Il faut attendre pour donner des chiffres, il semble que les cabernets soient préservés », explique Frédéric Bonnafous, le directeur du Château Belgrave.

Non loin, à Margaux, la température a pu être encore plus froide, jusqu’à -4 dans les zones les plus fraîches. On s’inquiète surtout de la deuxième vague de froid qui est prévue pour la prochaine nuit. « Il a fait froid mais le temps est très sec, le point de rosée est très bas, ça peut nous sauver. Il y aura des dégâts, mais ce n’est pas complètement joué. on ne voit pas tout aussitôt, le souci est pour demain, on remet le couvert », confie Gonzague Lurton. La particularité cette année est que le froid est arrivé dès minuit et ce jusqu’à 8 heures du matin. Lucas Leclercq, qui préside aux destinées du Château Fourcas Dupré évoque 5 à 10 % de perte du côté de Listrac. Chacun est sur le pied de guerre pour la deuxième bataille.