Le groupe Baron Philippe de Rothschild lance un nouveau vin rouge chilien ultra premium en hommage à la Baronne Philippine et baptisé tout naturellement Baronesa P.

Après Opus One en Californie en 1979 en collaboration avec Robert Mondavi, puis Almaviva au Chili en 1999 avec Concha Y Toro, la Baronne Philippine de Rothschild avait voulu dans les années 90 créer son propre vin, l’Escudo Rojo (blason rouge en espagnol, même signification que Rothschild). Le terroir de la vallée de Maipo au Chili, au pied de la Cordillère des Andes entre Santiago et le Pacifique, s’était révélé particulièrement propice au cabernet sauvignon si cher à la baronne, décédée en 2014. Vingt ans plus tard, ce sont ses héritiers qui ont voulu lui rendre hommage avec une cuvée haut de gamme, assemblage de cinq cépages en cabernet sauvignon majeur, associé à la carménère, au petit verdot, au cabernet franc et à la syrah, tout naturellement baptisé Baronesa P. “La baronne était visionnaire à l’époque en choisissant ce terroir alluvionnaire et caillouteux comparable à celui du Médoc, et générant un stress naturel qui favorise la maturité et la concentration du raisin, surtout du cabernet sauvignon mais également de la syrah tandis que la carménère est moins adaptée à ce sol drainant”, explique Emmanuel Riffaud (photo ci-dessous), ingénieur œnologue à la tête de la bodega chilienne. Là s’arrête la comparaison entre une configuration viticole de 137 000 ha, soit 15% de plus que le vignoble bordelais, mais s’étirant sur 1500 km (contre 150 km à Bordeaux). “Ici, c’est une véritable mosaïque de terroirs et une grande diversité climatique où chaque fleuve constitue une vallée et où l’influence maritime du Pacifique et du courant froid de Humboldt jouent un rôle primordial”. Les fortes amplitudes thermiques pouvant atteindre 20°C entre le jour et la nuit favorisent les polyphénols, donnant des vins riches et colorés tout en préservant la fraîcheur. “Nos vins, toujours en quête d’élégance, conviennent davantage aux palais européens, les Chiliens privilégiant plutôt la surmaturité et l’opulence”. Les raisins ramassés à la main en cagettes bénéficient d’un triple tri avant des vinifications et élevages en cuves et en barriques et demi-muids, de plus en plus en chauffe légère. Le process est maîtrisé entièrement par Baron Philippe de Rothschild, y compris les matières sèches et l’embouteillage.

Le vignoble d’une soixantaine d’hectares à Maipo (sur un millier au total au Chili), conduit à la bordelaise, a été retravaillé depuis 2018 avec un couvert végétal sans pesticide ni herbicide (il bénéficie d’une labellisation chilienne de sustainable wine). “Nous sommes dans une démarche environnementale globale en étant équipés de panneaux solaires sur le toit qui couvre 35% de l’énergie, en certification durable pour la consommation en eau, avec une station de traitement des effluents à partir de biofiltres et de lombrics, des traitements en microdoses pilotées par mapping des sols…” La bodega vient de lancer la conversion bio pour une certification en 2023.

Nous avons goûté :
Escudo Rojo blanc 2019 : un chardonnay sur terroir granitique, vinifié et élevé en cuves, barriques bordelaises (à 28% neuves) et demi-muids pour 6 à 8 mois. Un vin fruité et vanillé sur des arômes de fruits blancs, de noisettes grillées et de pain brioché, riche et rond se développant sur des notes exotiques (mangue, ananas) et une touche d’épices. (17€).

Escudo Rojo rouge Gran Reserva 2018 : un assemblage cabernet sauvignon (44%), carménère (39%), syrah (11%), petit verdot (4%) et cabernet franc (2%), élevé un an en barriques (à 25% neuves). Un nez opulent sur des arômes de fruits noirs (cassis, mûres, cerises), une bouche ronde et profonde aux tanins denses et enrobés, rehaussés d’une note poivrée et boisée. A carafer 1h avant de servir. (18€)

Baronesa P 2019 : Une sélection des meilleurs terroirs et des meilleures cuvées à 76% de cabernet sauvignon, 9% de carménère, 5,5% de petit verdot, 5% de cabernet franc et 4,5% de syrah, vinifiés et élevés 14 mois à 100% en barriques neuves avant de passer un an en bouteille. Des arômes de cassis, mûres, myrtilles, réglisse sur des notes de cèdre et d’épices, une pointe d’eucalyptus pour apporter de la fraîcheur à la trame torréfiée et une finale légèrement caramélisée. A carafer au moins 2H avant de servir mais peut se garder en cave plus d’une dizaine d’années. (45€)