©F. Hermine
©F. Hermine

Présent à Lyon Tasting, ce week-end, au Palais de la Bourse de Lyon, le négociant-éleveur rhodanien Vidal-Fleury, fait un point avec Terre de vins, deux ans après l’arrivée d’Antoine Dupré à sa tête. Il en profite pour baptiser la petite dernière, une cuvée de Saint-Péray 2020.

La gamme de la maison, basée au nord du Rhône Nord, à ​Tupin-et-Semons, vient de s’enrichir d’une nouvelle cuvée en provenance du sud. Précisément de l’appellation la plus méridionale du Rhône Nord, Saint-Péray. Un 100 % marsanne édité pour ce premier millésime 2020 à seulement 1400 bouteilles « mais avec l’idée de se développer rapidement, annonce le directeur Antoine Dupré. Vidal-Fleury avait déjà produit un effervescent il y a quelques décennies mais pas encore de vins tranquilles dans l’appellation. Comme nous manquons de blancs, que nous disposons d’un terroir idéal pour ça et que la flambée des prix des bourgognes peut se révéler une opportunité, nous nous sommes dit que c’était le bon moment ». Ce marsanne a été élevé sur lies 10 mois en barriques de 228 l. dont 30 % neuves « car il fallait renouveler la futaille mais à partir du millésime 2021, nous passerons en demi-muids pour un boisé plus discret et peut-être avec un peu de roussanne pour récupérer de l’acidité ».

Des extractions et des élevages plus doux

Antoine Dupré pense d’ailleurs impulser cette optique à toute la gamme qui s’étire sur toute la vallée du Rhône et ne comprend pas moins de 19 appellations de Côte Rôtie au Nord à Beaumes-de-Venise au Sud. « J’aimerais faire évoluer la politique de la maison des extractions fortes et élevages traditionnels longs vers une vision plus moderne, en extractions douces et en élevage de fûts de différents fournisseurs et en chauffes blondes ». Pour cela, le directeur œnologue travaille avec Bérangère Andrieu, maître de chai depuis deux ans. « Il nous manque aussi un lirac et un hermitage blanc mais nous allons d’abord consolider le saint-péray et pourquoi pas le décliner en bulles ».  Crozes et Saint-Joseph s’imposent comme les appellations les plus dynamiques en rouges comme en blancs. Vidal-Fleury enregistre également une forte demande sur le Côte Rôtie avec pour joyau la célèbre Côte Blonde La Châtillonne, une pépite parcellaire à 88 % syrah et 12 % viognier complantés sur 0,8 ha (3500-4500 bouteilles par an). « Heureusement que la maison a toujours eu le culte des vieux millésimes. Nous renforçons d’ailleurs cette politique car la demande des restaurateurs en la matière est exponentielle ».

La plus ancienne maison rhodanienne en activité reste dans l’ombre du célèbre Guigal auquel elle appartient depuis 1984 tout en gardant son autonomie. Elle représente aujourd’hui près d’un million de bouteilles par an dont seulement 10 % de blancs, à l’image du vignoble rhodanien. 70 % des vins sont exportés, Etats-Unis, Canada, Grande-Bretagne et Danemark en tête, avec une percée record de la Corée du Sud en 2021. « Nous cherchons néanmoins à être plus présents en France, surtout auprès des cavistes et des restaurateurs » conclut Antoine Dupré.

Saint-Péray blanc 2020 (16,38 € au caveau; 22,93 € en ligne):  Aromatique, suave et délicat sur des fruits blancs, fleurs blanches (chèvrefeuille, aubépine), épices douces, zestes de citron se prolongeant sur une note d’amande grillée. A marier avec fruits de mer, crustacés, quenelles de brochet, viandes blanches, rigotte de Condrieu…


Vidal-Fleury sera présent sur le stand B7

Il est encore temps de prendre vos billets pour Lyon tasting et les masterclass les 8 et 9 juin au palais de la Bourse de Lyon en cliquant sur ce lien.