(photo Shutterstock)
(photo Shutterstock)

Le déclin des insectes pollinisateurs inquiète le monde agricole dans son ensemble. Alors qu’un plan national pour leur préservation est mis cette semaine et jusqu’au 20 juillet en consultation publique par le gouvernement, la filière vin avance aussi.

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation et Bérangère Abba, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée de la Biodiversité ont annoncé ce lundi 28 juin, le lancement de la consultation publique sur le plan national en faveur des insectes pollinisateurs (abeilles domestiques et sauvages, bourdons, papillons, mouches…) et de la pollinisation. Cette consultation, jusqu’au 20 juillet prochain, doit recueillir les réactions, pour l’enrichir, face au plan destiné à « enrayer le déclin des pollinisateurs [alors que] 70% des cultures dépendent de la pollinisation et [que] les études montrent que 40% de la valeur économique agricole est directement liée au niveau de pollinisation. Le plan mis en consultation aujourd’hui propose une approche globale et cohérente pour garantir la protection des pollinisateurs sauvages et domestiques, grâce à une mobilisation collective à l’échelle nationale », a déclaré Barbara Pompili, dans un communiqué.

La vigne engagée

Plante hermaphrodite, la vigne n’a pas directement besoin de pollinisateurs pour fructifier puisqu’elle s’auto-pollinise. “En revanche, on sait que, dans une démarche plus globale de préservation de la biodiversité dans l’environnement de la vigne, ces pollinisateurs sont essentiels et apportent un réel plus à l’ensemble du biotope”, explique Nicole Rollet qui a installé des ruches dans son domaine du Chêne Bleu au pied du Mont-Ventoux.

Le label européen Bee-Friendly a été créé en 2012 par des syndicats apicoles européens dont l’Union Nationale de l’Apiculture Française. Dès sa création la cave coopérative des Vignerons de Buzet a fait partie des membres fondateurs aux côtés d’entreprises de la filière arboricole qui ont un besoin beaucoup plus direct des abeilles. Le label est reconnu HVE et s’appliquent sur une production déjà labellisée AB. Il impose 27 critères précis et mesurables, dont :
– Un encadrement étroit de l’utilisation des pesticides avec une liste de molécules interdites, des traitements entre 9h du soir et 9h du matin (hors des heures de butinage)…
– Pas d’utilisation directe ou indirecte des OGM ni des CMR
– Le partenariat avec des associations d’apiculteurs pour l’implantation de ruches au domaine et la formation du personnel à la surveillance de la bonne santé et de l’appétit de leurs occupantes.
La conformité au label est contrôlée par ECOCERT.
Après les vignerons de Buzet en 2014, Gérard Bertrand a reçu le label Bee Friendly pour deux cuvées en Languedoc et bien d’autres vignerons ont pris le train.