Ces 24 et 25 janvier, dans le cadre de cette opération de promotion orchestrée par le CIVB pour la Saint-Vincent, une vague de vignerons bordelais déferlera sur les points de vente français. Zoom sur un trio de propriétés présentes chez des cavistes et en grande distribution, chacun avec ses atouts, tous avec des messages à faire passer.

Château Angludet (Margaux)
Chez le caviste “Verticale” à Lyon

La famille Sichel est à la tête de cette propriété de 30 ha en appellation Margaux depuis 1961. Vivant sur place, ces vignerons travaillent depuis 25 ans à la régulation des traitements, et depuis cinq ans en biodynamie. Daisy Sichel prendra place entre les murs du caviste lyonnais “Verticale”, fidèle de longue date aux vins familiaux. Durant ces deux jours, la jeune femme a l’envie de “défendre les vins de Bordeaux et d’en redorer le blason. Pour les consommateurs, Bordeaux est souvent compliqué à acheter, ils ont l’impression que les vins doivent être acquis à des prix indécents et gardés des années, constate-t-elle. Je veux faire tomber ces préjugés, en communiquant, pour montrer que ce sont des super vins, de plus en plus verts et pas si chers. Si les clients s’intéressent et nous laissent expliquer, ils verront que ce sont des pépites”, assure-t-elle. Elle présentera “toute une palette de styles et de prix”, dont notamment le second vin “La Réserve d’Angludet” (25-30€), “pour mieux le faire connaître”, ainsi que deux autres cuvées familiales, château Argadens (environ 15€) et la marque de négoce Sirius (environ 10€).
Verticale : 1 Route des Troques, Bâtiment LW1, 69630 Chaponost
www.chateau-angludet.fr

Château Dubraud (Blaye-Côtes de Bordeaux)
En grande distribution à Grasse, Cannes, Saint-Raphaël

“Cette initiative de valorisation promue et financée par le CIVB est magnifique” se réjouit Alain Vidal, vigneron avec sa femme Céline depuis 98 au château Dubraud, 28 ha en Blaye-Côtes de Bordeaux, exploités dans une philosophie de biodiversité globale d’agro-foresterie et certifiés Haute Valeur Environnementale 3. Il distribue ses vins sous deux marques, château Dubraud dans le circuit traditionnel en France et à l’export, et château de Trousse en grande distribution, avec l’originalité de travailler en direct avec les enseignes, dont un bon nombre de points de vente dans le Sud-Est, d’où Alain Vidal est originaire. “Il y a peut être une crise à Bordeaux, mais c’est une crise structurelle d’ajustement de l’offre à la demande, affirme-t-il. Il y a toute une partie de l’offre qui n’est pas assez marketée, promue, et qui n’intéresse donc pas le marché.” Pour replacer Bordeaux dans le cœur des consommateurs, Alain Vidal est plus que jamais persuadé “qu’il faut remettre des humains, des visages, des vignerons derrière les bouteilles, qui iront promouvoir leurs vins en personne, et renouer le lien demandé entre le producteur et le consommateur.” Les propriétaires et leurs agents se répartiront donc pour La Tournée des vins de Bordeaux dans une dizaine de magasins en GD. “Il faut que cet élan continue, et ne soit pas juste un coup d’épée dans l’eau, met en garde le vigneron. Il faut que ça insuffle un vent commercial et marketing pour aller à la conquête du client. Nous devons montrer que c’est bon, que nous avons des pratiques vertueuses à Bordeaux, vignoble le plus certifié. Ça a du poids quand c’est un paysan qui le dit avec ses mains caleuses, qui vient vendre son vin qui est bon !”
www.chateaudubraud.com

Les Caves de Rauzan
En magasins bio de Grande Distribution à Bordeaux

Six vignerons de la cave coopérative de l’Entre-deux-mers, qui rassemble 340 membres, se répartiront entre cinq magasins Biocoop et un magasin So Bio. Ce choix d’enseignes ne surprend guère, eût égard à l’implication environnementale de longue date de la cave coopérative. Sur les 3600 ha qu’elle compte, 220 ha sont en effet exploités en agriculture biologique, et 25% du vignoble certifié Haute Valeur Environnementale, sans oublier sa parcelle expérimentale “zéro chimie” au château Canet (domaine bio depuis les années 1980, exploité par la coopérative), et un parcours de biodiversité de 82 ha. “Avec cette présence en magasins bio, on entend valoriser Bordeaux en général auprès des clients. On veut montrer que Bordeaux peut être vert et bon, exposer l’exemplarité et nos valeurs vertueuses grâce à nos cuvées bio, mais aussi prouver qu’on limite notre impact environnemental dans le conventionnel. Le tout en rappelant que Bordeaux n’est pas forcément très cher, avec des vins à prix abordables.” Pour armes dans cette œuvre, la coopérative fera déguster une sélection de ses cuvées bio (environ sept cuvées provenant du château Canet, en Entre-deux-mers, rouge, rosé, rouge boisé) et le rouge “Esprit nature”, cuvée issue d’autres parcelles bio de la coopérative.
www.cavederauzan.com

La carte de la Tournée des vins de Bordeaux